La densité de mot clé pour les nuls

Je profite de la sortie du classement des tops blogs SEO selon Wikio et de ma surprise d’y figurer pour vous proposer, devinez quoi ? Un autre article sur le SEO.

Et pour rester dans la ligne directrice du blog, je vais une nouvelle fois m’adresser directement à vous, les nuls ! Aujourd’hui on va parler de la densité de mot clé. Vous vous intéressez au SEO depuis maintenant quelque temps et vous savez que tout travail de référencement commence par un travail sémantique.

Le travail sémantique sert donc à définir les mots clés sur lesquels on souhaite se positionner. S’en suit ensuite l’intégration de quelques balises bien placées et de retouches de code, mais également un travail bien trop souvent minimalisé, le bourrage de mot clé fait de rédiger un texte SEO-friendly.

Alors voyons ensemble comment faire et surtout pourquoi personne n’est d’accord. Voyons ce qui marche, ce qui a marché et ce qui ne marche plus. Bref, voyons ce qu’est la densité de mot clé, pour les nuls.

La densité de mot clé, c’est quoi ?

Aussi appelée Keyword Density, ce petit ratio indique le pourcentage d’occurrence d’un mot dans un texte. En termes plus simples, c’est le pourcentage de répétition d’un mot dans un texte. Par exemple on parlera d’une densité de 1% pour un mot qui est répété 1 fois tous les 100 mots au sein d’une même page.

Le calcul ultra complexe de la densité de mot clé
Le calcul ultra complexe de la densité de mot clé

Rassurez-vous, vous vous doutez bien que vous n’allez pas le calculer à la main. Il existe de nombreux outils permettant de calculer la densité de mot clé d’une page. Personnellement j’utilise le module SEO Quake de Firefox mais il existe de nombreux sites Internet qui proposent l’analyse des pages gratuitement.

La densité de mot clé de Superbibi ou l’exemple concret du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais »
La densité de mot clé de Superbibi ou l’exemple concret du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais »

Vous remarquerez dans l’image juste au dessus, la petite colonne « Found in » qui précise si le mot est également présent dans les balises META. Cela signifie que SEO Quake comptabilise les mots utilisés dans les balises META, ce qui n’est pas le cas de tous les outils.

Quel est l’indice idéal ?

Je vous vois venir et vous vous demandez forcément quel est le pourcentage idéal à atteindre. Certains diront moins de 2%. D’autres diront entre 4 et 6%. Et d’autres encore diront jusqu’à 10%.

Bref, personne n’est d’accord.

En réalité, la réponse serait plutôt, comme bien souvent en SEO : « ça dépend ». Comment avez-vous pu penser une seule seconde que le SEO était une science exacte !

Personne n’est réellement d’accord sur le sujet et chacun applique sa méthode. Je pense personnellement que le seul pourcentage d’occurrence du mot ne suffit pas mais qu’il faut également prendre en compte le nombre de mots total que possède la page.

Deux pages avec la même densité de mot clé peuvent être entièrement différentes et pourtant si l’on se contente de regarder des chiffres, paraîtront identiques.

Ainsi, le problème lorsque la densité d’un mot clé est trop importante, c’est que Google considérera la page (voire le site) comme du spam et vous pénalisera grandement dans son classement. Il est donc important de ne pas dépasser certaines limites. Toutefois, une page qui comprend peu de mot et une forte occurrence paraîtra d’autant plus suspecte à mes yeux qu’une « vraie » page rédigée avec un vrai contenu et une forte occurrence.

Je pense ainsi qu’il est important de garder un œil sur la densité de mot clé mais que malgré tout, il ne faut pas s’en contenter.

Par ailleurs, il ne faut jamais faire abstraction de la concurrence. Si vous souhaitez vous positionner sur un certain mot et que les sites concurrents possèdent une densité de 2% sur ce mot, il serait absurde de partir sur une occurrence de 10% tant la différence serait élevée et peu naturelle.

Concrètement, quelle est la densité moyenne des sites ?

Finie la théorie pour aujourd’hui, voyons ce qui fonctionne réellement.

Dans les faits, les plus gros sites d’e-commerce français dépassent rarement les 3%. Ils tournent entre 1,5% et 3% sur un mot clé principal.

D’autres, comme les sites de radio par exemple tournent plutôt entre 3 et 4%.

Toutefois des contre exemples existent également. On peut parler d’un grand site d’e-commerce qui à l’approche des soldes en profite pour augmenter « légèrement » sa densité de mot clé et notamment sur le mot « soldes ».
Mot qui atteint jusqu’à 15%, et cela pendant 1 mois ou 2, le temps de remonter premier sur la requête tant convoitée. Jusqu’ici, aucune pénalité et ce malgré plusieurs années de pratique, mais cela prouve bien qu’au final il n’existe aucune règle précise sur la densité de mot clé.

Le but est de faire en sorte que le contenu d’une page paraisse naturel : essayez alors d’imaginer un texte avec un mot qui revient tous les 10 mots (avec 10% d’occurrence donc), difficile dans certains cas de ne pas assimiler cela à du spam.

Le plus important lorsque vous rédigez un texte est de toujours garder à l’esprit le mot clé qui vous intéresse et de faire en sorte de le faire figurer un nombre minimum de fois, mais toujours de manière fluide et naturelle. N’oubliez pas que vous vous adressez à des internautes avant tout et en théorie un texte optimisé pour les internautes, doit l’être pour les moteurs de recherche, ce qui implique que l’inverse est également vrai.

Vous apprécierez peut-être également:

6
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

17 réflexions au sujet de « La densité de mot clé pour les nuls »

  1. Comme tu le dis, personne n’est d’accord, et pour cause, cet indice n’a probablement aucune valeur, sauf pour détecter la sur-optimisation.
    Les exemples de Google Bombing démontrent bien qu’en ayant une densité de 0% du mot concerné dans la page, celle-ci peut parfaitement se placer en première position.

  2. Bonsoir,

    Oui, à part détecter la sur-optimisation…

    Si l’indice de densité peut avoir un intérêt pour la rédaction d’un article, pour son équilibre, il n’en a pas pour le référencement.

    Merci.

  3. J’ai hâte de lire ton prochain article sur le nombre de mots clefs à mettre dans la balise meta keywords! /Ironie
    😉

    Ah il y a des mythes qui perdurent et qui ne devraient pas. Oubliez la densité des mots clefs, comme le disent mes camarades c’est juste bon pour détecter la suroptimisation. Ecrivez des textes riches, avec des mots et leurs synonymes, plutôt que de penser répétition de phrases ou mots clefs.

  4. La densité est un critère parmi des centaines, évidemment qu’il ne fait pas tout! Pour reprendre l’exemple du Google Bombing, on pourrait le tourner à l’envers et dire que l’intégration de mots clés dans les URL est inutile puisque certains sites se placent premiers sans pour autant l’utiliser.

    Dans tous les cas, je vous rejoins sur le fait que c’est un excellent détecteur de suroptimisation. D’ailleurs j’ai pu personnellement déjà me bruler les doigts à essayer de trouver le juste milieu… :s
    Je pense également que c’est indispensable de connaître ce terme et les pratiques qui lui sont liées, mythes ou pas mythes.

  5. Parlez de fréquence, d’occurrences ou même de petits pois, mais pitié plus de densité !
    Comment tu peux dire que personne n’est d’accord ? Il faut plutôt dire que ceux qui n’ont rien compris ne sont pas d’accord sur un taux de densité idéal.
    Ceux qui connaissent un minimum le référencement n’oseront jamais mettre en avant cet indice bidon.

  6. Je pense également qu’il n’y a aucun indice de densité idéal. c’est tout bêtement un mythe. Pour moi le seul indice de densité serait celui de la suroptimisation et la encore impossible de donner un % précis.
    Pour ton prochain billet je te propose  » les mythes du référencement »
    au passage félicitations pour ton classement

  7. Je rejoints ce qui a été dis précédemment pour moi ce n’est pas un critère de positionnement, je conseille la lecture de l’article d’Olivier ci dessus tout y très bien expliqué. La seule utilité de cet indice est la détection de suroptimisation, même s’il n’y en a pas forcément besoin, suffit de lire un texte parfois pour savoir s’il est destiné aux robots ou aux internautes

  8. @ Laurent B, je trouve que tu y vas un peu fort, peut être que cet indice en rassure certains? attention je ne dis pas qu’il est utile, mais il peut être un garde fou afin de ne pas tomber dans la suroptimisation. Et puis qui c’est personne ne connait réellement l’algo de GG :roll: non je plaisante 8D
    Par contre depuis qu’Olivier à souligner la présence de fautes je ne vois plus que ça :s

  9. Moi je pense qu’il est très important d’écrire de façon naturelle et de varier les mots-clés avec les synonymes. Ils comptent énormément dans le référencement, à condition, bien sur, que Google les ait en base ! 😉

  10. Rien ne vous échappe, votre exigence est très touchante et m’oblige à sans cesse me surpasser 😉
    J’ai corrigé les quelques fautes qui s’étaient malencontreusement glissées dans l’article.
    Concernant la densité de mot clé, j’ai beaucoup appris grâce à tous vos commentaires, merci à tous 😉

  11. @ pureshore pour les fautes c’est pas trop grave ça peut arriver à tout le monde mais là c’est vrai qu’elles étaient à un endroit particulièrement visible.
    Pour la densité et son impact, c’est comme pour tout le reste du référencement ce qui est peut etre vrai aujourd hui ne le sera peut etre plus demain
    mais c’est grâce à des billets comme celui que la connaissance ou l’info se transmet
    alors merci

  12. Je prefere parler de « Keyword focus » et/ ou de « correspondance semantique » c’est a dire la presence (ou non) de ou des mots cles cibles dans l’ensemble du parcours du robot lors du crawl. (Site, lien entrant,NDD, URL, Header, presence du mot cle dans le contenu, emphase du mot cle, liens sortants …)

    Cela correspond a mon avis plus a la realite de l’algo.

    un lien en dessous sur un article a moi et complementaire (en anglais)

    http://www.seo-muscle.com/semantic-conformity/

  13. Bonjour,

    Je travaille sur l’amélioration du site d’une émission de déco que je ne citerai pas (les plus perspicaces d’entre vous le trouveront dans… mon nom ! 8D

    Si je choisis d’optimiser notre référencement en nous concentrant sur trois mots clefs : interieur / deco / design, cela doit-il dire que je dois inclure sur chacune des pages ciblées entre 1 et 3% chacun de ces mots ?

    Merci d’aance pour les réponses !

  14. Moi je suis plutot pour le fait d’avoir une grand ratio sur mes mots clé, tout les moteurs ne fonctionnent pas de la même manière & bing ainsi que yahoo accordent plus de poids à ce critère.

    Il est assez facile de jouer sur ce point pour monter chez yahoo & bing.

    Pour google, c’est un peu plus complexe et à mon sens, il ne faut pas dépasser les 10%.

    après tout dépend de si on veut se positionner sur une expression ou un mot unique 😉

    Travaillez plutôt la densité des expressions plutôt que d’un seul mot !
    exemple vous voulez monter sur l’expression  » AAAA BB CCCCCCC « .

    jouez sur les variantes singulier/pluriels & composition de l’expression.

    Bien sur AAAAA et CCCCCC vont avoir une grande densité mais votre objectif est d’être placé sur l’expression !

    bien à vous 😉

Les commentaires sont fermés.