5 erreurs web marketing souvent méconnues

Le web marketing c’est compliqué. Ca paraît simple au premier abord car on est tous plus ou moins à l’aise sur Internet mais ça demande du temps, beaucoup d’expérience et une certaine expertise.

Ainsi, un site optimisé ne se crée pas du jour au lendemain mais se fera par des petites améliorations effectuées au fur et à mesure. Peut-être avez-vous optimisé votre site dans les grandes lignes et ne savez pas précisément quoi faire pour booster vos positionnements et vos conversions.

Je vous invite ainsi à jeter un coup d’œil attentif à cette liste puisqu’en fin de compte chaque détail a son importance et favorisera ou non votre taux de conversion.

Mini liste d'erreurs souvent méconnues

  • Réduisez votre nombre de pages

L’idée, c’est qu’on a tendance à penser que sous prétexte qu’on a plus de pages, on sera plus gros aux yeux de Google et cela jouera en notre faveur pour notre positionnement. C’est absolument faux.

D’une part cela est catastrophique pour votre taux de transformation : chaque page inutile (dans le sens non indispensable) visitée sera un obstacle supplémentaire à chaque vente.

D’autre part, cela vous désavantage dans votre SEO : vous avez très bien travaillé vos mentions légales et les affichez fièrement dans 4 différentes pages : Conditions générales de ventes, conditions d’utilisation, chartes d’utilisateurs, information légales, etc.

C’est autant de raison de perdre de l’autorité pour les pages qui comptent vraiment. Et le nofollow n’arrangera rien puisque au lieu de transmettre l’autorité à des pages inutiles, elle sera juste perdue.

Les pages inutiles n'apportent rien à un site

Assurez-vous ainsi de réduire au maximum votre nombre de pages : regroupez tout en une seule et même page. De la même manière évitez les navigations sans fin.

  • Variez les domaines pour votre link building

Le SEO vous connaissez et vous savez qu’il est important d’acquérir un maximum de liens. Vous êtes même plutôt connaisseur et savez qu’optimiser l’ancre des liens est une excellente pratique.

Alors vous passez du temps à acquérir ces liens, en publiant sur un blog peut-être, en en commentant d’autres ou en soumettant vos articles sur votre site de syndication préféré.

Au final, vous avez gagné 2 places et stagnez au milieu de la seconde page de Google. Vous êtes patient mais rien n’y fait.

Le problème provient surement du fait que vous ne variez pas assez les domaines : avoir des liens c’est bien, en avoir beaucoup c’est mieux mais en avoir beaucoup venant de différents domaines c’est encore mieux.

Ainsi, en commentant sans cesse les mêmes blogs, en utilisant toujours les mêmes canaux et les mêmes sites, vous limitez votre marge de progression.

  • Une navigation « trop » efficace

Il est extrêmement fréquent de trouver sur certains sites ecommerce un menu très fourni, avec des dizaines de liens de navigations.

Cela peut s’avérer ergonomique (encore que, c’est discutable) et évite souvent le passage vers des pages inutiles. Toutefois, cela peut parfois avoir des effets négatifs pour votre SEO (notamment lorsque le menu en question se trouve sur la page d’accueil du site).

Exemple de menu peut-être "trop" fourni

Chaque lien interne que vous effectuez donnera du poids (c’est-à-dire de l’autorité et de l’importance) à la page en question. Toutefois, cela réduira également le poids des autres pages. Si vous avez une cinquantaine de liens de navigation dans votre menu, la puissance relative de ces liens sera largement réduite.

Au contraire, si vous limitez votre menu en y insérant uniquement les liens de navigation les plus utiles, comme par exemple les pages catégorie, alors ces pages profiteront ainsi d’un poids réel, boostant sans conteste leur positionnement.

Une alternative pour éviter le passage vers les pages inutiles sera alors la mise en place d’un moteur de recherche interne performant.

  • Affichez le nom du produit en grand sur vos pages produits

C’est l’élément le plus important de la page. Pourtant, il est trop souvent réduit à une taille trop minimaliste, souvent pour des raisons d’esthétique.

Assurez-vous que ça soit la première chose que verra le visiteur en arrivant sur la page, le confortant dans son choix de navigation.

  • Trop de SEO

Vous allez me parler d’hôpitaux et de charité et vous aurez surement raison. Mais autant acquérir un maximum de trafic qualifié depuis les moteurs est une bonne chose, autant le transformer en clients est encore meilleur.

Ainsi trop de SEO peut parfois nuire aux conversions : par exemple en n’utilisant pas ou très peu de boutons, remplacés par des liens textuels. C’est une excellente pratique en termes de SEO mais il est important d’implémenter des signifiants dans votre site.

Un bouton rouge (ou vert, là n’est pas la question) « Ajouter au panier » attirera d’autant plus les yeux de vos visiteurs qu’un simple lien textuel. Si vous êtes plutôt à l’aise avec le CSS, ça ouvrira plus de portes.

Gardez juste en tête qu’il faut donner plus de priorités aux visiteurs qu’à Google.

Je n’ai pas évoqué ici les optimisations les plus basiques qui ont été dites et redites sur bon nombre de sites, Superbibi y compris, comme par exemple avoir des images cliquables, travailler l’accessibilité de son site ou encore avoir du vrai contenu (en évitant le contenu dupliqué).

J’ai mis l’accent sur les erreurs souvent méconnues qui passent souvent inaperçues sur beaucoup de sites mais qui pénalisent réellement le site dans sa visibilité et ses transformations.

Vous apprécierez peut-être également:

17
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

41 réflexions au sujet de « 5 erreurs web marketing souvent méconnues »

  1. une très bonne synthèse du webmarketing. Car avoir le bon équilibre en matière webmarketing est parfois difficile. Il ne faut pas également dans la suroptimisation qui n est pas bon du tout. Mais c est bien de rappeller ces points. En tous cas j ai pris plaisir à le lire ! Je relais l article ^^

  2. Dans l’ensemble je suis assez d’accord sauf pour la densité de contenu, car si il est cohérent avec ton site d’où l’intérêt de la mise en place d’une ligne éditorial il ne pourra que te servir si ce n’est pour la longue traine.

  3. @Chronoduweb: par densité du contenu, tu entends nombre de page? Si c’est le cas, le fait de rassembler deux pages en une n’empêchera pas les visites liées à la longue traine!

    Et pour reprendre l’exemple de l’article avec mentions légales, CGV, etc., c’est souvent des pages réellement inutiles:)

    Sinon je suis d’accord avec toi en ce qui concerne le fait qu’un site n’aura à priori jamais trop de contenu. Il faut juste savoir l’organiser.

  4. Le fait de rassembler plusieurs pages en une alourdit cette dernière. Prenons la mise en ligne d’un rapport de 30 pages, vas tu tout mettre en bloc sur une page, couper le blog en 3 pages ou créer les pages en fonction de ton plan soit 1 page pour l’intro et le plan, 1 page pour la partie I intro A – B, pour la partie II intro A – B, pour la partie III intro A – B, et une page pour la conclusion – ouverture. Le tout avec un fil d’ariane et un sommaire pour le dossier ?

    Les mentions, CGV sont certes peu vues mais elles sont utiles pour l’internaute, ou les médias.

    En SEO, je préfère mettre toutes les clés de mon côté quitte à donner trop de mots clés et de possibilités aux moteurs de recherche, cela se rattrape très largement par la suite.

  5. Dans le cadre d’un blog ou d’un site vraiment orienté contenu, tu as clairement raison (cf le rapport de 30 pages, très bon exemple).

    Plus généralement, pour les sites ecommerce, il est rare qu’une page ait plus de 250 mots.
    Il conviendra ainsi plus naturellement de se débarasser des pages inutiles ou du moins de limiter leurs importances.

  6. Merci pour cet article.
    Il y a un point qui me fait réagir. C’est celui concernant la navigation « trop efficace ». N’est-ce pas un peu limite et « chiant » pour l’Internaute de n’avoir accès qu’aux catégories depuis la page d’accueil sans pouvoir avoir une idée de ce qu’il y a dedans (avec un petit volet, pas exemple ?).
    Moi, ça me gêne un peu.

  7. En fait tout dépend de la taille du site et du nombre de sous-catégories dont dispose le site.

    Si tu as plus de 100 sous-catégories, ce n’est pas forcément pertinent de tout mettre en page d’accueil: c’est peu ergonomique et l’internaute s’y perd.

    En mettant les catégories voire les subcatégories principales, tu évites le superflu.

    C’est généralement suffisant car les internautes ayant une envie très spécifique utiliseront souvent le moteur de recherche interne au site. Si tu cherches un ordinateur portable (par exemple) sans avoir de référence particulière, un lien vers la catégorie suffira et au passage le site aura plus de chance d’acquérir un meilleur positionnement sur la page en question.

  8. Beau ticket. Finalement, je crois que comme tu le dis, il faut de l’expérience, de la pratique, et bien sûr, ne pas hésiter à tester et retester, analyser et adapter.

    L’ergonomie, le copywriting, le seo, beaucoup de techniques spécifiques à maîtriser.

  9. Très intéressant mais je ne suis pas sûr que limiter le nombre de pages est nécessairement efficace. On peut très bien développer un contenu en trois pages pour cibler chacune d’entre elle sur certains mots-clés et viser la longue traine en restant cohérent grâce à :
    1 page = 1 contenu ou thème syntaxique.

    Mais l’exemple que tu donnes peut-être réduit en moins de pages …

  10. A la place de « réduire le nombre de pages » on aurait peut-être pu mettre « réduire le nombre de pages inutiles ». Parce que s’il y a beaucoup de pages de contenu de qualité, par exemple beaucoup d’informations sur les produits, avec des avis suggestions produit 3D etc. c’est tant mieux pour l’utilisateur et les moteurs.

    Par contre je vous rejoins sur les mentions légales séparées et une arborescence trop éparpillée.

  11. Merci pour ces conseils superbibi. 🙂
    Ce qui est bien c’est que c’est conseils ne sont pas uniquement des erreurs de web marketing mais aussi des erreurs d’ergonomie ou même d’accessibilité.
    Le coup du menu trop détaillé est une faiblesse en terme d’accessibilité, car les lecteurs d’écran sont obligés de le lire à chaque fois. Non seulement c’est long à lire, mais en plus, pour la navigation au clavier, cela augmente considérablement le nombre de fois que l’utilisateur doit utiliser la touche « tabulation ». Des études ont montrés que pour accéder à la troisième page d’un site avec de tel menu, il faut plus de 200 fois appuyer sur « tabulation » (pour les utilisateurs naviguant au clavier) contre 3 clics de souris pour les autres. Donc réduire la taille du menu c’est également un gage d’accessibilité.

  12. Quelle est donc la meilleure pratique entre nombre de pages élevé et réduction ? A mon avis, le meilleur angle d’attaque est leur pertinence, non ?
    A la fois pour le contenu et Google, et aussi pour l’internaute, surtout quand on a un concept ou un positionnement un peu plus complexe à faire valoir, ce qui va pousser à être un peu plus bavard, quitte à être moins sexy pour les cliqueurs fous ?
    Question ouverte

  13. Je pense que pour le nombre de pages ça dépend de la quantité de mots dans les articles … Par exemple si l’on fait des gros articles assez souvent avec un bon paquet de mots, je pense que le nombre de liens interne va être moins pénalisé que sur un site où tu as des articles d’a peine 100 mots …

  14. A mon avis, quand on créé une page, il faut se demander s’il est bien nécessaire ou s’il ne suffit pas de compléter une page déjà existante. Mais on a souvent tendance a vouloir grossir son site en nombre de pages, à tord !

  15. en ce qui concerne les pages inutile en terme de referencement j’ai tendance a utiliser le Javascript pour les afficher en espérant ainsi qu’elle ne fasse pas perdre de link juice.

  16. Mouais, en fait je ne suis d’accord qu’avec les 2 dernières…

    Les 3 premières ne sont pas des erreurs à partir du moment où elles ont une raison d’être.

    Exemple avec le menu : avoir 50 liens ne dérange absolument pas, le « link juice » on s’en tamponne quand même pas mal le coquillard. Ce qui important là dedans c’est que l’ergonomie va être améliorée ainsi que l’accessibilité.

    Or ces éléments sont importants pour la transformation, alors que le link juice ben… Bof quoi, pour moi c’est un peu beaucoup sodomiser les mouches en vol. Ou si tu préfères beaucoup de temps passé pour un résultat de l’ordre du 0, donc une perte de temps inutile (le PR Sculpting a fait son temps ;))

  17. Merci pour partager ces erreurs qui pour certaines m’étaient encore inconnues.

    J’aurais cependant une question : pour le premier point, est-ce que tu conseilles de « limiter le nombre de pages visibles depuis l’accueil ou les pages de ventes » ou tout simplement le « nombre de pages totale » ?

  18. Avoir trop de pages inutiles n’est pas une bonne chose effectivement.
    Mais plus il y a de pages sur un site, plus il y a de portes d’entrées potentielles (en partant du principe que chaque page a un contenu unique, intéressant et ciblé sur une thématique précise).

  19. @Manit4c: c’est en effet une solution intéressante

    @Nico: en fait je parle vraiment généralement, peut-être trop et certains problèmes s’appliquent à des situations assez spécifiques. Par exemple 50 liens dans le menu d’un petit site ecommerce n’est pas forcément ergonomique. Au contraire, si le site a une taille assez conséquente, ça passera plus naturellement.

    Il faut voir aussi les liens du menu: si chaque lien a une raison d’être ou si comme dans l’image de l’article la différence est minime et chaque page est très spécifique, alors cela ne sera peut-être pas aussi intéressant. Autant passer par un moteur de recherche interne (depuis la page d’accueil en tout cas).
    Encore une fois ça dépend réellement de chaque cas mais le fait de devoir dérouler 3 fois la page pour trouver ce qu’on cherche dans un menu est contre productif alors qu’en théorie, on pourrait penser que c’est ergonomique dans le sens où ca limite le nombre de pages à consulter.

    Sinon, j’ai bien conscience que le link juice est la dernière des priorité pour chaque site ecommerce et c’est bien normal: toutefois en limitant ton nombre de pages, tu en fais des pages plus importantes et potentiellement mieux classées, ce qui n’est pas négligeable.

    Toutefois, pour nuancer le tout, les dernières modifications de l’algorithme de Google, Mayday and co, ont réduit la puissance du jus transmis (ce qui ne veut pas dire supprimer).

    @Matcha: il faut limiter le nombre de pages inutiles. Si une page a une bonne raison d’être mise en place, dans ce cas, rien ne justifiera le fait qu’elle soit retirée.
    Un site peut avoir autant de pages qu’il le souhaite, du moment qu’elles sont utiles (utiles dans le sens où elles peuvent amener une conversion, directement ou indirectement) et bien organisées.

    @Matthieu: en fait je dirai plutôt, plus un site a de pages, plus il y aura de portes de sortie sans pour autant avoir plus de portes d’entrée.

    Ca dépend réellement de chaque cas mais si les pages sont pauvres et n’apportent pas de réelle valeur, alors il sera parfois plus intéressant de les regrouper afin de créer un contenu plus riche et intéressant et donc de réellement créer une porte d’entrée.

    En mixant deux contenus, tu ne perds aucune entrée potentiel, en théorie.

  20. C’est vrai qu’il faut varier au maximum la nature du backlink : du nofollow, du dofollow, de l’ancre optimisé, non optimisé, des termes différents, de l’échange de lien, du commentaire, du lien dans un texte, du footer et des sites différents.

  21. J’ai été confronté au problème de « navigation trop efficace » à plusieurs reprises, et particulièrement aux produits multiples dont les caractéristiques sont très similaires.

    Dans ton exemple (DVD, etc.), je pense que ce type de navigation est important; c’est fortement concurrentiel, et les produits ont des caractéristiques fortement différenciantes (DVD-R, DVD-RW, etc.)

    Dans d’autres cas, ce type de navigation peut avoir un impact très négatif pour la SEO: collier 45cm de perles blanches 8mm qualité AAA, collier 55cm de perles blanches 7mm qualité AA+, etc. Dans ce dernier cas, mieux vaut « pousser » la page principale « colliers de perles » ou « colliers de perles blanches », et retirer les pages plus précises d’une navigation principale.

  22. Concernant le nom du produit, c’est vrai que l’afficher en grand est un atout pour la transformation. J’ai cru lire quelque part que l’idéal est de mettre la photo produit le plus haut possible, et tout de suite en dessous le nom du produit. Tout simplement !

  23. Merci pour ces conseils. Je vais de ce pas les utiliser sur ma boutique. J’ai pour le moment encore quelques optimisations SEO à faire ainsi que d’autres pour augmenter ma transformation (nottament mes boutons je pense)

  24. une chose importante : mesurer, analyser, agir. Comme dit dans l’article, le SEO se fait petit à petit. Appliquer « bêtement » les règles de base peut s’avérer pas ou peu efficace, surtout pour des sites sur des thématiques concurrentielles. Comme je dis souvent, il vaut mieux assurer en faisant un SEO « inversé » en terme de mots-clés : commencer par les plus faciles (expression avec 2 ou 3 mots par exemple) pour finir sur les mots-clés les plus concurrentiels.

  25. L’analyse et la compréhension des points forts et points faibles en terme de web marketing est une démarche qui prend aussi énormément de temps.

    Sachant qu’il faut travailler sur l’optimisation des liens vers votre site internet pour du référencement naturel, que l’on doit aussi analyser le site de commerce et l’optimiser pour un augmenter son taux de conversion, générer du contenu…

    Il s’agit d’un métier extrêmement consommateur en temps.

  26. le marketing web requiert aussi d’etre reactif avec toutes les nouveautés du net : negliger l’impact des reseaux sociaux poeut etre fatal par ex

  27. Bon article. Par contre je pense qu’il faut préciser le point sur le nombre de pages. En effet il ne sert à rien d’avoir plein de page mentions légales, qui somes nous etc…
    En revanche un site e-commerce, par exemple, qui aura un gros catalogue et donc tout plein de pages produit sera mieux référencé qu’un site qui a 2 produits qui se battent en duel (longue traine).

  28. Il est vrai qu’on a toujours tendance à croire que plus il y a de pages sur un site, mieux c’est, question visibilité mais ce n’est peut-être pas le cas, question autorité. Par ailleurs, un menu détaillé facilite la navigation pour l’utilisateur et on n’aurait jamais pensé que cela nuirait au site, d’un point de vue SEO…

  29. Je pense que le point « trop de SEO » serait meme à mettre en premiere position, ca devient de plus en plus enervant les sites avec des menus longs de 5 pages car ils voulaient optimiser chaque catégorie, les mots clés répétés en haut, en bas, a gauche, a droite, etc…

    le Webmarketing est a apprendre avant le referencement j’pense au final, le but c’est 1 visiteur concluant sa conversion, c’est pas 10 visiteurs repartant sur un autre site !

  30. Un très bon résumé des bonnes pratiques ! Je suis totalement d’accord avec le dernier point. Il est impératif que l’ergonome travaille conjointement avec le responsable du référencement…
    C’est le genre de constat qui saute aux yeux quand on touche à la fois au développement front-end et à l’e-marketing.

  31. Il est vrai que ton article Superbibi soulève des points rarement étudiés.
    Mon site comprend pas mal de page sans réel contenu car créer dynamiquement en complément d’information (comme si le blog, récréais une page pour les commentaires).
    Bref, je pense que cela ne gêne pas les visiteurs car ils savent qu’elles sont peu pertinente. Maintenant peut être que cela dérange aussi google ? mais c’est vrai que c’est plus professionnel d’avoir un site de 1000 pages que 200…

  32. @christopher Je ne suis pas sûr qu’avoir beaucoup de pages soit plus professionnel, car les internautes ne visitent jamais mille page ou même 200… Ce qui compte c’est la qualité et la pertinence de tes pages. En même temps si t’as des milliers de pages qui ne sont pas à jour cela peut augmenter le taux de rebond du site…

  33. Au fait, cette article m’a donné envie de revoir le pire site de tous les temps… J’ai tapé « the worst website » et c’est une sorte de piège, je ne vous conseille pas d’y aller : il y a une suite infinie de messages d’erreur… En tout cas je ne suis pas allé jusqu’au bout.

    Avant il existait un autre site indiquant les erreurs d’ergonomie qu’il fallait éviter mais, curieusement, il a dû se faire écraser par l’autre site enquiquinant. Triste. Un jour, quand on tapera « Paris », on aura peut-être madame Hilton ? Qui sait ? (boutade)

  34. ah tiens, heureusement que je viens de lire cet article, pas mal de mes à priori viennent de tomber. Merci pour ces infos pertinentes. a force de lire tes articles je me rend compte que j’ai tout à apprendre 😉 C’est à la fois déstabilisant mais également motivant. Merci

  35. tu as surement raison dans l’ensemble, cependant en ce qui me concerne je fais parti de ceux qui pense que le contenu reste le meilleur moyen d’être bien référencé, alors je fais des pages, mais de qualité quand je peux 🙂

  36. Je viens de lire un autre article sur http://www.superbibi.net/web-m.....us-service et je suis arrivé ici. Super articleSSSSS

    Vraiment, des conseils pertinents et qui ont l’air plutôt très fiables. Sur le net on contrôle pas toujours tout et c’est bien d’avoir des articles qui nous repositionne sur des « règles » de base.

    On se rend pas toujours compte que ce qu’on dit, fait, ou pense sur internet a vraiment de grosses répercutions sa peut totalement changer une image de marque ou au contraire l’améliorer.

    Tes conseils me font penser à un autre article que j’ai lu sur l’importance pour les particuliers de faire attention a leurs e-réputation vis à vis de l’employeur ou autre. Le net se rappelle de tout et sa on l’oublie souvent.

    Je m’éloigne complètement du sujet mais voila, super articles, super conseils.

  37. Bonjour Superbibi,

    Je trouve cet article très intéressant. En effet, parfois on pense trop SEO ou pas assez. L’optimisation peut alors s’avérer mauvaise.
    Après avoir lu cet article, je vais essayé de réduire mon nombre de pages, cela permettra d’avoir des pages avec plus de textes.

    Bon dimanche,

  38. Bonjour,
    Merci pour l’article.
    Je trouve que c’est très intéressant de mentionner ces erreurs.
    Beaucoup de gens pensent qu’il faut avoir plus de pages sur leurs sites web pour avoir plus de chance à apparaître sur le moteur de recherche Google. Mais, c’est pas le cas.
    Emilie

Les commentaires sont fermés.