Les bonnes pratiques de l’Emailing

Je profite d’une excellente conférence à laquelle j’ai pu assister hier, sur l’Emailing, pour mettre fin à cette longue période de disette qu’a subi le blog, dû à diverses raisons sur lesquelles je ne reviendrai pas.

Toujours est-il que j’ai beaucoup appris hier, grâce à Message Business qui organisait cette conférence.

Ceci n’est en rien un billet sponsorisé, mais j’en profite pour leur donner un petit coup de pouce sans prétention, pour louer leur professionnalisme, sans plus me prononcer quant à leur solution d’Emailing que je ne connais pas plus que ça.

Au final, Message Business a durant 3 heures énuméré bon nombre de bonnes pratiques, souvent méconnues j’imagine, du grand public.

Je vais vous en retranscrire quelques unes ici-même aujourd’hui et vous invite clairement à bien lire ce billet si vous faîtes de l’Emailing ou si vous vous y intéressez tout simplement.

L'Emailing est un excellent moyen de communiquer avec des prospects

Créer ou louer une base d’adresses emails

Première étape incontournable quand on se lance dans l’aventure Emailing, constituer un fichier d’adresses, c’est-à-dire une base de données.

C’est d’ailleurs souvent ça qui bloque beaucoup de monde : il est facile d’acquérir d’énormes quantités d’adresses emails, mais il est beaucoup plus compliqué d’en acquérir moins mais de meilleure qualité. C’est d’autant plus un enjeu que, comme on le verra plus tard, la mauvaise qualité des adresses emails ne se traduira pas uniquement par une perte de temps et des envois inutiles.

Première règle à respecter : le fameux opt-in. Autrement dit, interdiction de prélever l’adresse mail d’un consommateur et de l’utiliser sans son accord explicite (souvent traduit par une petite case « j’accepte de… » qu’il aura coché). Ce fameux opt-in ne tient que pour le B2C, autrement dit les Emaillings qui s’adressent à des consommateurs. Si votre cible est constituée de professionnels, vous pourrez alors en théorie les entrer dans votre base sans leur accord, dès lors que ce sont des emails génériques et non personnalisés (par exemple [email protected] et non pas [email protected]).

Le opt-in reste toutefois conseillé puisqu’au-delà de la légalité, c’est une excellente chose pour constituer des bases fiables.

Pour les plus impatients, il sera tout à fait possible de louer des bases en attendant de constituer son propre carnet.

Et là, beaucoup de possibilités également. Attention à ne pas se laisser avoir par des offres aguicheuses qui proposent des bases peu ciblées et aux rapports qualité/prix imbattables.

Il existe de nombreux brokers et chacun sera libre de faire appel à son préféré. Pour info, 1000 emails ciblés valent en moyenne de 50 à 300 euros en fonction du ciblage.

Et pour ne pas vous faire avoir, voici les éléments à inspecter lorsque vous souhaitez acheter ou louer une base :

  • Comment ont été collectées les adresses emails ? Par qui ?
  • De combien d’emails  est constituée cette base ?
  • Le ciblage est-il très pointu ?
  • Quelle est la pression marketing sur ces emails ? Autrement dit, la base est-elle utilisée par 10 annonceurs ou suis-je le seul ?
  • Quelles sont les actions mises en place pour garder cette base au goût du jour ?
  • Enfin, est-il possible de tester un échantillon du fichier ?

En comparant les différentes réponses, votre choix s’orientera naturellement vers le broker le plus professionnel. Pour ceux que ca intéresse, DOC Marketing, Maximiles, La [email protected] et Butineo sont des brokers réputés, par exemple.

Pour ceux qui feront le choix de créer eux-mêmes leur base de données, il est primordial de diversifier les sources des adresses qui constitueront cette base.

Par exemple en proposant une newsletter de qualité, en mettant en ligne un livre blanc, grâce au bouche à oreille tout simplement et par une présence active dans les réseaux sociaux.

La constitution du message

Une fois cette base constituée, la prochaine étape sera naturellement la constitution du message.

Et là, il existe plusieurs règles simples mais qu’il est indispensable de respecter.

Par exemple, la largeur des emails ne devra pas dépasser les 600 pixels. Tout simplement car c’est la taille que réservent les principaux outils et hébergeurs de messagerie (d’Outlook en passant par Gmail, Hotmail ou encore Thunderbird) aux aperçus des emails non ouverts.

Par ailleurs, il sera indispensable de toujours intégrer un déclencheur d’action. Autrement dit, votre campagne d’Emailling aura toujours un but (vendre, faire remplir un formulaire, etc.). Le déclencheur d’action sera le petit plus qui servira à convaincre les internautes : des soldes, une offre spéciale, un jeu concours, etc.

N’oubliez pas également de bien ajouter en fin de vos emails vos coordonnées, signe de professionnalisme, mais également un lien de désabonnement qui non seulement est obligatoire de par la loi mais servira également à rassurer vos lecteurs.

L’une des clés d’une campagne Emailing réussie, c’est de bien travailler son entête. L’entête est constituée de 3 éléments : l’intitulé de l’expéditeur, l’objet du message et les deux premières lignes souvent affichées par de nombreux outils (Gmail, Outlook avec la prévision enclenchée).

Ces 3 éléments sont en moyenne balayés en 2 secondes et seront déterminants dans votre taux d’ouverture.

Nous verrons par la suite quelques tests à mettre en place pour l’optimiser.

En ce qui concerne le corps du message, il faut toujours rester simple et concis. Vous avez un objectif à accomplir, c’est-à-dire un message à passer. Pas plus d’un message par campagne Emailing, sans quoi vous risquez de noyer vos lecteurs.

Affichez clairement votre marque dans le message : vous assumez l’envoi et renforcer votre légitimité auprès de vos destinataires. Ajouter vos coordonnées constituera un plus puisque cela permettra de rassurer les internautes.

A propos de la forme de l’email à envoyer, il n’existe pas de règles précises, juste du bon sens. Il faut savoir faire la part des choses et intégrer un peu d’images et un peu de texte.

Quelques tests pour optimiser ses campagnes

Il existe de nombreux tests que vous pouvez effectuer très simplement, dont voici quelques exemples.

Prenons l’hypothèse où vous avez une base un minimum exhaustive, disons de plus de 5000 adresses.

Vous désirez améliorer le taux d’ouverture de vos emails, c’est-à-dire le nombre de personnes qui lisent les emails. Pour cela, vous savez que l’entête est primordiale. Vous décidez alors de tester deux objets différents.

Vous envoyez à 10% de votre base l’email avec le 1er objet puis à 10 autre pourcent de votre base le même email avec l’objet n°2. Après constatation du taux d’ouverture des deux emails, vous enverrez à J+2 l’email avec l’objet qui a le mieux fonctionné au 80% restants de votre base.

Deuxième test possible, vous avez une base d’adresses assez générale et souhaitez la segmenter un petit peu pour mieux cibler vos campagnes.

Vous envoyez donc une campagne d’Emailing qui comporte 3 déclencheurs d’actions différents : par exemple si je vends des robes, un déclencheur offrira une promotion spéciale sur les robes rouges, un deuxième sur les robes bleues et un troisième sur les robes jaunes.

En fonction de qui clique sur quel déclencheur, je pourrai me constituer 3 segments : les acheteurs ayant un goût prononcé pour les robes rouges, les acheteurs ayant une préférence pour le bleu, ou le jaune.

Troisième test possible : vous avez un fort taux de clic pour une faible transformation. Vous décidez alors de prendre les choses en main et en attendant de revoir éventuellement votre landing page, décidez d’effectuer une relance par téléphone sur toutes les personnes ayant cliqué dans l’email.

Quatrième test que vous pouvez mettre en place : vous effectuez maintenant des campagnes depuis plus de 100 jours et avez effectué une bonne dizaine d’envois mais certains abonnés n’ont jamais ouvert vos emails.

Vous pouvez alors envoyer un email de re-opt-in afin de demander aux personnes inactives si elles souhaitent toujours recevoir vos offres promotionnelles par exemple. A partir de là, vous pourrez remettre à jour une partie de votre base et supprimer les mails inutiles.

Enfin, cinquième et dernière opportunité, après 6 mois de campagnes bien maîtrisées, vous pouvez décidez de récompenser une partie de vos plus fidèles acheteurs en proposant une offre spéciale que vous n’enverrez qu’au top 10% acheteurs provenant de vos campagnes d’Emailing, ce qui constituera une excellente opération de fidélisation.

Les erreurs à ne pas faire

L’erreur la plus commune est également la plus dangereuse que vous pouvez commettre : confondre le HTML qui construira vos campagnes d’Emailing avec HTML servant à constituer des pages web.

Autrement dit, l’erreur typique, c’est de constituer des emails en bon et dû forme dans un HTML des plus propre, respectant toutes les recommandations du W3C et de le tester sur les différents navigateurs. L’email s’affiche parfaitement sous IE, sous Firefox, sous Chrome etc. et l’on en déduit donc qu’il s’affichera parfaitement dans tous les logiciels et hébergeurs d’emails.

Or, une fois l’envoi effectué, il s’avère qu’une page blanche vide de contenu s’affiche sur Gmail et que le mail est assimilé à du fishing sous Outlook.

Le HTML qui sert à construire les emails a beaucoup de différence avec celui qui sert à construire des pages web et bien que l’amalgame soit facile à faire, cela reste une grave erreur.

Il faut savoir que construire des emails s’affichant parfaitement sous les différents programmes est tout aussi compliqué que construire un site identique sous tous les navigateurs.

Et manque de bol, c’est comme pour le web, c’est Microsoft qui domine le secteur avec plus de 50% de parts de marché (avec Outlook et Hotmail notamment). Et comme pour le web, c’est souvent les logiciels de Microsoft qui nous feront perdre quelques cheveux.

En vrac, voici quelques conseils pratiques pour s’assurer des emails bien construits :

  • Le HTML en Emailing, c’est comme le HTML web d’il y a 5 ans. Le CSS n’est jamais externalisé et tout doit être précisé avant chaque balise. A chaque fois que je mets du texte, je précise sa police et sa couleur. De la même manière pour les images, je favorise un maximum les couleurs unies et surtout n’oublie pas de renseigner l’attribut ALT qui sera utile notamment avant ouverture de l’email.
  • Si vous avez déjà fait de l’Emailing avec une image découpée en plusieurs parties, alors sans aucun doute avez-vous déjà rencontré les fameuses lignes blanches qui viennent s’incruster entre ces découpes. La solution pour s’en débarrasser est facile : utiliser l’attribut « style=’display :block’ » dans chacune de vos images.
  • N’utilisez jamais des emails constitués uniquement d’images puisque ceux-ci ne s’afficheront pas avant ouverture et vos abonnés ne verront qu’une page blanche, ce qui réduira considérablement votre taux d’ouverture.
  • Oubliez l’utilisation du CSS en utilisant des layers puisque le rendu sera au final différent sur chaque logiciel et donc peu adapté.

Au final et c’est là le plus important : testez vos emails avant de les envoyer. C’est extrêmement simple : créez un compte Gmail et installez Outlook avec cette même adresse. Comparez les deux affichages directement dans Gmail puis dans Outlook. Si les deux emails s’affichent correctement, alors vous aurez de grande chance que ce soit le cas dans la plupart des logiciels.

Il existe également des solutions payantes pour tester ses emails, mais cela constituerait de l’argent perdu.

Comment éviter que ses emails arrivent dans le courrier indésirable des destinataires ?

Une donnée très importante en Emailing est ce qu’on appelle la délivrabilité.

La délivrabilité c’est le nombre d’emails qui arrivent à leurs destinataires.

Il y a quelques années, est tombé sur le web un fléau sans égal, le spam. Le spam est partout et sera votre plus grand ennemi en Emailing puisque c’est lui entre autre qui fera que beaucoup de vos emails envoyés ne seront même pas ouverts.

Alors comment éviter que ces emails soient considérés comme du spam et ainsi améliorer leurs délivrabilités ?

Le problème ici, c’est qu’il y a généralement plusieurs niveaux d’anti-spam : du coté du serveur (par exemple l’anti spam de Microsoft pour Hotmail ou celui de Google pour Gmail) et du coté de l’utilisateur (par exemple en utilisant une interface tiers telle que Incredimail ou Thunderbird, etc.).

Par ailleurs, il existe plusieurs niveaux de spam : la blacklist et la greylist.

La blacklist c’est quand après envoi, vous avez une réponse claire de la part des anti-spam : vos emails n’ont pas été délivrés et votre adresse IP (ou celui de votre serveur émetteur) a été blacklistée.

La greylist c’est un peu plus vicieux puisque vous n’aurez aucune indication de la part des serveurs et si vous regardez vos statistiques, tous vos emails seront notés comme envoyés mais au final aucun n’aura été délivré.

Alors comment éviter de figurer dans le courrier indésirable de vos abonnés ? Voici quelques conseils :

  • Tout d’abord, on a vu un peu plus haut qu’il était indispensable d’avoir un HTML un minimum optimisé pour l’Emailing. Sans cela, vous augmenter vos chances de figurer en courrier indésirable
  • Intégrez des attributs ALT dans vos images et précisez la taille avec les balises height et width
  • Imbriquer des tableaux plus de 3 fois augmentera considérablement vos chances d’être considéré comme spam
  • Construire vos emails avec une seule image vous enverra probablement automatiquement dans la case spam (voire l’utilisation de trop peu de contenu)
  • N’utilisez pas les balises mailto et ne faîtes pas de liens hypertexte sur des noms de domaine. Par exemple, si j’envoie une campagne d’Emailing via le blog et qu’en bas de page j’intègre le texte « http://www.superbibi.net », il sera automatiquement transformé en lien par les différents logiciels de messagerie. Si j’intègre manuellement ce lien grâce à une balise HTML, alors mes chances de figurer en tant que spammeurs seront augmentées
  • L’utilisation de CSS externe vous fera gagner automatiquement le chapeau de spammeur
  • L’intégration d’une vidéo, de scripts, de formulaire ou d’un objet dans le mail vous garantira à 100% une place bien au chaud dans les courriers indésirables
  • L’utilisation de stop words. On connait les fameux « viagra » etc. mais certains mots sont moins évidents tels que « régime » ou encore « lèvre » d’après Message Business
  • Trop de commentaires dans le code HTML des emails sera également négatif
  • Un peu de bon sens vous évitera d’utiliser du texte de la même couleur que le fond

Enfin, vos campagnes d’Emailing échoueront automatiquement si vos bases sont mal constituées. A partir de 20% d’emails défectueux, vos campagnes seront de manière automatique considérées comme du spam. Attention à bien mettre à jour vos bases de données.

Par ailleurs, l’envoi trop répétitif d’emails pourra également être une cause : par exemple Yahoo n’apprécie pas l’envoi trop fréquent d’emails.

Dernier petit conseil, passez dans la mesure du possible par des routeurs expérimentés. Chaque routeur a sa réputation et si vous passez par des logiciels directement installés sur votre ordinateur et donc effectuez les envois depuis votre PC, vous augmentez les chances d’être considérés comme spam.

Comment évaluer la réussite d’une campagne ?

On utilise principalement 5 critères :

  • Le taux d’ouverture : c’est-à-dire combien de personnes ont ouvert l’email et l’ont donc consulté (nombre d’ouvertures / nombre d’emails)
  • Le taux de clic : c’est tout simplement le nombre de personnes ayant cliquées dans l’email par rapport au nombre total d’emails envoyés
  • Le taux de réactivité : il correspond au taux d’ouverture / taux de clic. Il permet de mesurer l’intérêt de votre cœur de cible vis-à-vis de votre offre
  • Le taux de désabonnement : nombre de désabonnés / nombre d’emails envoyés. Permet de mesurer l’intérêt de votre base pour vos envois
  • Le taux de transformation : tout simplement le nombre de transformations par rapport au nombre d’emails envoyés.

Au final, comment savoir si je suis prêt à me lancer dans l’Emailing ?

Au final, il n’est jamais évident de commencer sereinement une activité d’Emailing.

Les bonnes questions à se poser avant de se lancer seront donc :

  • Est-ce le bon moment pour lancer ma campagne ?
  • Puis-je rester cohérent avec ma ligne de communication ?
  • Quels résultats puis-je en attendre ?
  • Le ROI couvrira-t-il les coûts ?
  • Ai-je assez d’adresses pour me lancer ?
  • Suis-je en mesure d’évaluer la qualité d’une adresse ?
  • Puis-je collecter de nouvelles adresses ? Comment ?
  • Ai-je réellement un message à passer et assez de contenu à communiquer à mes destinataires ?
  • Suis-je compétent pour produire un message efficace ?
  • Mon site web est-il suffisamment attractif pour générer des transformations ?
  • Ai-je bien compris comment mesurer l’efficacité de ma campagne ?

L’Emailing est au final plus à portée qu’on ne le pense, il faut juste bien s’y préparer et bien comprendre les facteurs de succès.

Une chose est sûre, comme beaucoup d’autres outils de génération de trafic, l’Emailing ne crée pas de miracles et au final, seuls vous en optimisant votre site pourrez générer des transformations.

Dans tous les cas, si vous souhaitez une solution peut-être plus assistée, Message Business semble idéal. Ce n’est pas le moins cher mais c’est sans aucun doute une des meilleures solutions pour se faire accompagner et son interface 100% online sera plutôt simple à prendre en main.

Vous apprécierez peut-être également:

44
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

113 réflexions au sujet de « Les bonnes pratiques de l’Emailing »

  1. Article très complet sur l’emailing. Le A/B testing je l’ai déjà testé sur le corps d’un emailing mais je n’avais j’amais pensé à le faire sur l’entête. Et pourtant comme vous le laissez entendre, c’est sans doute sur l’objet et le début du mail que beaucoup de choses se jouent. Un peu comme le title en SEO ?

  2. @JB: le title en SEO n’est pas lié à une transformation (en tout cas pas, pas autant qu’en Emailing)! Mais bon, niveau importance je pense qu’on peut faire le parallèle en effet.

  3. Bonjour et merci pour ce joli résumé 🙂

    Je reviens sur la partie :
    « N’utilisez pas les balises mailto et ne faîtes pas de liens hypertexte sur des noms de domaine. Par exemple, si j’envoie une campagne d’Emailing via le blog et qu’en bas de page j’intègre le texte « http://www.superbibi.net », il sera automatiquement transformé en lien par les différents logiciels de messagerie. Si j’intègre manuellement ce lien grâce à une balise HTML, alors mes chances de figurer en tant que spammeurs seront augmentées »

    La partie lien sur domaine hypertexte est confuse, je ne comprend pas. A quoi bon faire des emails si on ne lie pas vers les domaines ?

    Pour les mailto: c’est pas systématique. Il faut faire attention à ce que l’outil ne traque pas le lien du mailto. j’ai sorti un article là dessus il y a quelques jours : http://www.snipemail.com/le-mo.....pagne.html

    Un dernier point important mais que je n’ai pas lu, c’est la possibilité de pouvoir envoyer ses mails via le prestataire mais en notre nom, cad en utilisant @mondomaine.com et pas le domaine généraliste du prestataire ou de la machine qui nous route.
    Ce point est sensible car il faut configurer son domaine avec les informations données par le prestataire.
    Si un prestataire vous propose de router en votre nom mais sans vous demander aucune modification sur vos DNS, il y a un vrai problème.

  4. @Charles: l’idée c’est qu’automatiquement, 99% des logiciels de messagerie transformeront le domaine en lien sans que personne ne fasse de lien hypertexte.

    Il faut juste prévoir au moment de la construction de l’email à ne pas mettre de fond sombre puisque de base la couleur du lien sera bleu foncé.

    Maintenant si on décide de faire le lien manuellement, cela n’apportera au final rien si ce n’est des désavantages! C’est ce point que je souhaitais soulever.

  5. Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant.
    Pour la mise en page d’un mailing personnellement je teste avec les ce site : http://www.campaignmonitor.com/css/ qui permet aussi de voir l’ensemble des points supportés au niveau des CSS par les clients mails.
    Par contre attention pour l’envoi de mailing ce site ne le permet que pour des adresses opt-ins. Il faut recourir à d’autres solutions pour des adresses non collectées par nos soins.
    Matthieu

  6. Bonjour,

    Très bon résumé des bonnes pratiques pour l’emailing.

    Au niveau de la construction du HTML, il faut par exemple à tout prix éviter la baliser . Dans beaucoup d’antispam, il existe une règle qui sanctionne la présence de cette balise.

    Concernant la présence d’un URL dans le corps d’un message, nous avons récemment rencontré un soucis chez les webmail français (laposte, orange, free). En fait, le message comportait un URL qui n’était pas encapsulé dans un lien et cela faisait passer le message en spam. Après l’avoir remis comme ancre d’un lien le soucis n’apparaissait plus.

    Enfin, j’apporterais un complément à ce post en parlant des boucles de rétroaction (feedback loop) qui permettent de récupérer les signalements comme spam (Hotmail, Yahoo, AOL). On peut ainsi ajouter ces signalements aux désinscriptions ce qui apporte plus de précisions aux résultats de la campagnes.
    De plus on évitera de renvoyer des messages à ces contacts et de faire chuter notre réputation.

    @Pureshore : par rapport au message précédant je ne pense pas qu’un outil d’emailing gros volume modifie le message en ajoutant des liens. Si vous parlez d’envoyer d’un outil tel outlook, ça me semble très dangereux d’envoyer une campagne d’emailing avec plusieurs centaines de contacts. Dans ce cas là, mieux vaut passer par un prestataire qui possède une architecture prévue pour faire ça.

  7. @Romain: merci pour toutes ces précisions.

    Concernant mon message précédent, la transformation du domaine en lien n’est pas faite en théorie pas le logiciel envoyeur mais par le logiciel receveur.

    Autrement dit, 95% des logiciels de messagerie transforment ces domaines en liens dès lors que le message a été approuvé par le receveur.

    Concernant litmus.com, c’est en effet un bon outil. Son seul problème c’est qu’il ne prend pas en compte les supports français (orange mail, etc) puisque c’est un site américain.

  8. @Pureshore j’avais mal compris l’endroit de transformation du lien 😉 merci de votre précision.

    pour litmus c’est effectivement dommage qu’il ne prenne pas en compte les webmail français mais c’est compréhensible. Il faut se créer nos propres adresses et aller voir manuellement par contre c’est assez compliqué d’obtenir une adresse sur un FAI qui n’est pas le notre.

    Cependant petite information concernant l’outil antispam de Orange et Laposte : il me semble que c’est le même. En tout cas les spam score calculés sont tout le temps identiques et les headers ont la même construction.

    Enfin, avez vous déjà essayé de créer une boîte chez LaPoste ? C’est très intéressant de voir que LaPoste s’autogénère du travail en envoyant un courrier pour chaque adresse créée. Créez 10 adresses vous aurez 10 courriers. A l’heure de l’économie de papier, la poste a encore du travail.

  9. Enfin de retour avec un excellent article sur l’e-mailing.

    Une nouvelle tendance se dessine avec le social mailing: l’envoi de messages via les réseaux sociaux, par exemple via les groupes et pages Facebook. Très efficace suivant la cible et la stratégie marketing.

  10. Et ben! Ca faisait un moment qu’il nous avait rien pondu le jeune… mais quandil s’y met il nous ecrit du sérieux!

    C’est un article pleins de bon sens et de bons conseils!

  11. J’ai clairement appris pleins de choses dans ce billet, je serais presque converti a l’emailing alors que c’est quelquechose qui ne m’intéressait pas du tout auparavant tellement mes test n’avaient pas été concluant, et pour cause, je comprend bien mieux quels sont les erreurs que j’ai pu faire !

  12. Merci pour ces conseils très intéressants pour lancer une campagne d’emailing.

    C’est vrai qu’il y a pas mal de petites erreurs à éviter, auxquelles on ne pense pas toujours.

  13. Très bon article, très complet ! J’ai jamais tenté de faire de Emailing, et la partie qui m’intéresse le plus est bien entendu la délivrabilité. Comment faire, par où passer, comment envoyer.

    Ton article répond à une partie de mes questions, merci. 🙂

  14. pour ma part j’utilise cybermailing, mais j’avous c’est pas encore la panacé, en tout cas c’est en effet important de lire tout ces bon conseils ! , merci à vous c’est très complet.

    [edit: j’ai enlevé le lien car la syntaxe n’a pas été respectée]

  15. « Le taux de réactivité : il correspond au taux d’ouverture / taux de clic » ça serait plutôt l’inverse 😉

    Pour les tests A/B, mailchimp permet cela « full automatique » c’est assez bluffant et très simple à mettre en place.

    Idem pour la « viralité » réseaux sociaux, le mailing est mis automatiquement en archive web, et les commentaires facebook sont pris en compte dans les statistiques de la campagne.

    Si vous vous lancez avec Mailchimp, faites attention d’avoir une base « nickel » dès le premier envoi, car dès qu’on dépasse 1% de bounce (NPAI) ou désinscription, on est rayé de leurs services !

  16. Enfin un article qui présente les « vrai » « bonne » pratiques de l’E-mailing. Beaucoup devrait le lire et le relire au lieu de spammer à tout va !

    [edit: j’ai supprimé le lien car la syntaxe n’a pas été respectée]

  17. Je pensai que l’emailing était mort et que les campagnes étaient plutôt vouée à un échec : taux de transfo très bas par rapport au cout.
    En lisant cet article, mon avis à légèrement changé…mais en appliquant tout ces conseils, quelqu’un aurait-il des résultats concrets ou un retour d’expérience à nous faire partager ?

  18. Article très intéressant surtout la partie concernant ‘Les erreurs à ne pas faire’, c’est toujours bon à rappeler. Merci d’avoir pris le temps de rédiger cet article

  19. Je suis légèrement en retard pour commenter cet article excellent et très complet.

    La partie « Comment éviter que ses emails arrivent dans le courrier indésirable des destinataires ? » m’a appris énormément de choses moi qui ne suis pas un PRO de l’emailing.

  20. Powa, bon ba ça c’est de l’article, j’en est beaucoup appris moi qui ne gère que très partiellement cette activité du webmarketing.

    En tout cas, ça fait plaisir de lire des aticles de qualité comme ça.

    @Epargne : Oui c’est la partie la plus importante, éviter les erreurs et le reste viendra.

  21. salut
    je suis par hasard tomber sur cet articles il est vraiment très riche merci beaucoup pour tes efforts je m’intéresse de plus en plus sur le web marketing

    ma question est ,est ce que les Template html fournies par les services d’emailing sur le net n’ont pas besoin de les optimiser ?? et comment différencier un Template optimise d’une autre non optimise ??

    merci .

  22. Le mailing ca s’apprend effectivement, trouver , chercher et tester puis encore tester, se planter et recommencer, enfin c’est comme tout, faut parfois des échecs pour ne plus les refaire. En tout cas ton article est un bon résumé de l’ensemble des préparations à effectuer avant de lancer sa campagne 😉

  23. Pas si facile de gérer l’emailling, on ne s’en rend compte que lorsque l’on met les deux pieds dans le plat ou en lisant des articles comme le votre. En tout cas votre article semble résumer tout ce qu’il faut prendre en compte avant de se lancer dans l’aventure.

  24. Pendant un stage, j’ai rédiger des newsletters pour plus de 10 000 abonnés avec YMLP (your mailing list provider).

    Je ne sais pas comment ca fonctionne (html ? autre ?) mais quelques erreurs sont à noter dans les réceptions de mails : des cadres non appropriés aux messageries comme avec les logiciels thunderbird ou mail par exemple…

    Si quelqu’un a un autre logiciel (même payant) à me conseiller, je suis preneur.

    et merci pour l’article

  25. Bonjour,

    « La greylist c’est un peu plus vicieux puisque vous n’aurez aucune indication de la part des serveurs et si vous regardez vos statistiques, tous vos emails seront notés comme envoyés mais au final aucun n’aura été délivré. »
    Il me semble que les messages greylistés sont retournés comme NPAI Soft. Peut être pas tous mais sur free ou gmail par exemple c’est le cas. La solution est souvent de reposter plus tard le message.

    J’ai déjà vu des serveurs refuser un message au premier coup et l’accepter par la suite. La justification étant de vérifier que l’expéditeur est bien un humain.

  26. Merci pour ces conseils et ces explications.
    Il est vrai que des bases de données thématiques seraient les bienvenues…
    Très bon articles en tous cas…

    Amicalement.

  27. Excellent papier que je vais m’empresser de faire suivre à quelqu’un qui me demandait comment limiter le risque de se retrouver en « spam » dans la boîte mail de ses cliens lors d’un envoi de newsletter… mais il est vrai que, malgré tous ses efforts, tout ceci n’est pas une science exacte. Et certains webmails sont particulièrement « susceptibles » et sont enclins à placer assez facilement les mails en spam.

    L’erreur que je vois la plus souvent aujourd’hui malgré les conseils divers et variés c’est, je crois, de placer une bonne grosse image dans le corps de son mail. Avec certains webmails, c’est en spambox à tous les coups !

  28. Merci pour tous ces avis et conseils, l’emailling est vraiment pas facile de nos jours, un vrai métier à part entière. En attendant de nouveaux articles, tu fais une pause ?

  29. il faut aussi faire attention aux fournisseurs de fichiers discount. Ils annoncent genre 400 000 mails opt-in et vous y trouvez vraiment tout et n’importe quoi, notamment en B2B.

  30. Je pensai que l’emailing était mort et que les campagnes étaient plutôt vouée à un échec : taux de transfo très bas par rapport au cout.
    En lisant cet article, mon avis à légèrement changé…mais en appliquant tout ces conseils, quelqu’un aurait-il des résultats concrets ou un retour d’expérience à nous faire partager ?

  31. très bon article !
    mais bon, ce qui est fou, c’est de voir le nombre de sociétés qui « vendent » des bases (soi-disante) nominative pour quelques centaines d’euros !!
    Et certaines ont l’air d’autant plus respectables !!!
    D’où la perte de repère, et le fait que bcp de petits « e-commerce » se retrouvent embrouillés et perdu (un peu comme moi ^^)

  32. ça fait cher la base de donnée de mails : 300€ pour 1000 mails => 30 centimes par mail, il faut avoir les moyens …
    En tout cas, merci pour l’article : très instructif et détaillé en plus 🙂

  33. Je découvre un monde que je ne connaissais pas !
    Un grand merci de dédier au grand public toutes vos connaissances !
    Grâce à vous, je vais pouvoir avancer dans mon projet.
    Cordialement,
    Christine

  34. Merci beaucoup pour cet article très complet. Je cherchais justement à optimiser mes campagnes emailing. Par contre je suis sidéré du prix d’une base de données mails…

  35. Article très complet, mais je pense que c’est une période passé parce que vendre une base émail c’est contribuer au spam et au publicité indésirable et c’est voué à un échec assuré
    Merci pour l’info et très bonne continuation

  36. C’est par hazard qui fais que je tombe sur cet article alors que je pensais lancer une campagne d’e-mailing. J’étais un peu perdu dans les différentes offres d’achat de list opt-in et de logiciels d’envois et sa ça ne change pas mais au moins ton article me permettra de démarrer correctement.

  37. Je cherchais de l’info sur les bonnes pratiques du e-mailing et je suis tombé sur ton article.

    Très instructif, merci l’info est claire et bien détaillée.
    Le passage sur comment éviter d’être considéré comme spam m’a été très utile… maintenant il ne me reste plus qu’a optimiser mes campagnes…

  38. Email marketer constituera une choix sûr pour sa campagne d’emailing en terme de stats sur les taux d’ouverture et de clic.
    Ne pas oublier aussi de mettre le prenom du destinataire au début de l’objet du mail. Cela fait grimper le taux d’ouverture du mail. !

  39. Merci pour ces conseils, je pense qu’aujourd’hui il est indispensable pour une entreprise de saisir toutes les opportunités qu’internet offre mais cela requiert pas mal de connaissance et des articles comme celui ci permettent de s’y retrouver un peu mieux 🙂

  40. Je dois faire une campagne de emailing bientôt et j’avoue que c’est galère de ce lancer là dedans.. Ma base est bien plus petite, mais du coup je dois pas me planter, merci du conseil pour les 600 pixels max. Le reste semble logique, je crois que je vais faire appel au dev pour checker si les mails sont lisisble sur tout les navigateurs.
    @Jean: un prénom direct en début d’objet ça rique pas de faire trop direct?

  41. Vraiment très intéressant, j’ai appris énormément de chose notamment au niveau du taux de délivrabilité ! Merci beaucoup.

  42. J’ai particulièrement apprécié dans cet article le passage concernant le Le HTML en Emailing. Pesonnellement, je n’affiche jamais les emails ou rien n’est lisible en clair sur les premières ligne sans être obligé d’accepter des images.

  43. Merci pour ce compte-rendu relativement complet !
    Je ne connaissais pas cet outil de routage email.

    Est-il aussi complet que les solutions « stars » du marché ?
    et comment s’assurer de la pérennité de la delivrabilité avec des outils moins connus ?

    Remember novembre ou décembre avec tous les emails qu’orange a envoyé directement en spam, même depuis les très grosses solutions d’email du marché !

    pour ma part, pour le montage, je reste sur les vieilles habitudes : du texte cliquable pour commencer et du html 4 pur et dur. Cela ma souvent évité des mauvaises surprises

  44. J’ai vraiment du mal avec l’e-mailing et je dois dire que tout ça m’a fait prendre conscience de pas mal de choses. C’est vraiment un métier à part quand même, qui se rapproche plus du MD que de webmarketing parfois finalement.

  45. Un beau billet plein de bons conseils.
    J’ai du mal quand même à trouver le mailing très « productif ». D’autant qu’à 100€ les 1000 adresses, ça fait 10 centimes le contact… ça fait cher pour finir à la poubelle!

    [edit: j’ai enlevé le lien car la syntaxe n’a pas été respectée]

  46. Merci pour cet article. J’utilise un excellent outil qui s’appelle Aweber pour gérer tout ça. Il coute 19$ par mois mais il vaut vraiment le coup. C’est un investissement je pense obligatoire pour se constituer une liste de qualité !

  47. Merci pour cet article très utile. J’ai essayé plusieurs fois de faire de l’emailing en passant par des boites spécialisées mais même la c’est pas évident car soit le mail passe en spam soit le serveur se fait carrément blacklister !

  48. Bonjour,

    Je voulais savoir si il existait des outils de routage gratuits ? Car l’on m’a confié un emailing à envoyer et router via outlook (c’est vraiment pas top)

  49. Que veut tu dire par routage ? du tunneling (VPN) ? ou un simple proxy ?

    Si l’un des cas cité précédemment est ce que tu recherche personnelement j’utilise proXPN pour me rerouter et ça marche du tonnere !

    Sinon pour les VPN il en existe un bon du nom de VyperVPN, tu peu même le coupler à des newsgroup (mais si ça ne t’intéresse surement pas vu ta requête ^^)

    Cordialement 😉

  50. J’ai particulièrement apprécié dans cet article le passage concernant le Le HTML en Emailing. Pesonnellement, je n’affiche jamais les emails ou rien n’est lisible en clair sur les premières ligne sans être obligé d’accepter des images.

  51. Un autre conseil par rapport au contenu: il est toujours bien de personnaliser un minimum la campagne d’emailing. Dans tout les cas, Merci pour cet article très intéressant. On y apprend beaucoup!!

  52. Un beau billet plein de bons conseils.
    J’ai du mal quand même à trouver le mailing très « productif ». D’autant qu’à 100€ les 1000 adresses, ça fait 10 centimes le contact… ça fait cher pour finir à la poubelle!

  53. Voilà un article de qualité assez long nous donnant beaucoup d’informations sur le sujet concerné. L’emailing est une arme redoutable entre de bonnes mains et des fortunes se sont créées à partir de ça.

  54. Je ne connaissait absolument pas votre site. Cet article st exactement ce que je recherchez pour commencer avec l’emaling. J’ai acquis des listes d’emails de professionnels et j’aimerai envoyer des contenus de qualités et mesurer les retours des clients potentiels.Je rajoute immédiatement votre site a mes favoris et attention je vais revenir souvent !

  55. Merci pour ce cours complet de l’emailing. On peut faire de grosses affaires si on maîtrise les techniques de l’emailing. Ne pas oublier que l’emailing est un vecteur de communication indispensable pour le développement de toute entreprise.

  56. Je suis étudiant en marketing, et étudie l’e-mailing depuis de nombreuses années. Je pense que ce moyen peut être efficace a très grande échelle.

    Maintenant, il faut savoir que le taux de retour peut être extrêmement faible, alors que le coût (le montant d’un fichier client est très élevé, il faut compter entre 0.20 et 0.30 centimes l’adresse) peut être important.

    Il faut également bien cibler vos envois, car il ne faut pas oublier que le e-mailing consiste également à personnaliser notre relation avec le client.

  57. Le mailing est clairement un bon moyen pour relancer des prospects, pour augmenter son chiffre d’affaire mais également faire revenir des visiteurs.

    Merci pour cet article

  58. Excellent article, le display block des images je l’ai cherché longtemps, le vertical-align bottom marche aussi.
    Le taux de délivrabilité moyen est de 19% sur du prospect, avec ses propres contacts (clients par ex.) c’est mieux, mais globalement la tendance est à la baisse, y’en a trop. Les adresses opt’in ce sont comme on a tous des boites « poubelles » qui ne servent qu’à ça, logique donc.
    A savoir que la Poste propose des listes en location et font même créa et routage si besoin, avec des filtres précis, tranche d’age, sexe, situation prof…. et géolocalisation jusquau quartier d’une ville !, pratique pour le commerce de proximité, mais limite sur la provenance des infos je trouve, si vous êtes client de la Poste se poser des questions…

  59. Oui c’est la tendance que j’observe en général sur mes emailings, entre 15 et 20% de retour de la part de mes clients (je ne fais pas d’emailing sans opt-in).
    J’utilise mailchimp pour les stats.
    Le mailing est loin d’être mort face aux réseaux sociaux, ça permet certes de toucher une tranche de la population allergique aux réseaux sociaux mais ça permet de mieux cibler, personnaliser son message car on est pas piégé dans un carcan imposé et le mail peut être lu plusieurs jours après son envoi sans trop de soucis de timeline (comme sur twitter ou FB).

    Bref ça reste un outil très important en marketing, à ne pas négliger !

  60. Merci beaucoup pour cet article !

    Ça m’a appris beaucoup de chose. Je ne savais pas qu’on pouvait se constituer une base d’adresse email sans accord pour les professionnels.

    Merci !

  61. Merci pour cet article. Avec Aweber je constate à peu près les même retour, environ 20%. C’est un outil marketing puissant qui reste par ailleur l’un des meilleurs moyen pour monétiser son blog

  62. Je pense qu’il n’y a pas de bonnes pratiques dans ce domaine. La plupart des prestataires capables de créer réellement de la valeur en utilisant l’email se moquent souvent des guide de comportement en revandant leur base et créant des emails de très mauvaise qualité. Ce qu’il faut dire c’est que ces emails s’adressent à une part certes faible mais très consommatrice d’internautes. Ceux qui désirent voir les bonnes affaires et les jeux concours

  63. Merci pour cet article très fouillé. Oui, lancer une campagne email a l’air très simple, mais quand on voit les statistiques après, on est parfois très surpris du peu de gens qui ouvrent ou même cliquent. Depuis longtemps, je me demandais pourquoi les pros du marketing ne font pas de superbes emails en html, mais maintenant, après avoir lu ton article, j’ai compris pourquoi ! a bientôt.

  64. Je ne comprend pas cet engouement pour le mail. Le mailing est en perte de vitesse constantes.
    Le cout est certes assez faible mais on a quand même bien plus a gagner en travaillant sur les réseaux sociaux, le référencement naturel ou même un bon vieux mailing papier.
    Combien de clients perdus parce qu’ils se sentent spammer par des email mal ciblés et bien trop répétitif.

  65. Très bon article merci bien. Je me rend compte que je n’appliquais aucunement ce dont l’article fait mention. JE ne m’étonne plus de mes mauvais résultats maintenant. JE vais appliquer ces conseils pour voir ce que ça donne

  66. Je suis d’accord avec Christophe de code réduc …
    Les campagnes de mailing que je qualifie de « sauvages » ne feront, à moyen terme, que faire fuir les clients qui en reçoivent des dizaines par jour.
    Je gère deux bijouteries fantaisie en ligne sans aucun mailing, sauf Noël et Saint-Valentin = 2 par an.
    Je suis aussi un e-consommateur, et des grands sites m’ont réellement déçus non seulement en me « spammant » ma boîte, mais aussi en vendant mes données …
    Je pense qu’il faut laisser aux clients la liberté de suivre nos news sur Twitter et Facebook, au final …

  67. Excellent article pour ceux qui se lancent dans l’aventure de l’emailing. Finalement, il faut surtout écrire un email de relance qui soit simple et destiné à une seule personne. C’est le truc le plus efficace pour écrire de manière lisible et pas trop commerciale.

  68. Le problème avec l’emailing c’est la délivérabilité…
    J’ai vraiment du mal à ce qu’au moins 50% de mon lectorat par email arrive à recevoir mon mail…
    Ce qui augmente considérablement le taux de lecture, c’est insérer le nom de l’abonné dans le sujet, si jamais ça peut aider quelqu’un…

  69. Merci de partager tous ces conseils 😉
    L’emailing est loin d’être mort contrairement à ce qu’on lire à droite et à gauche. Mais il n’est efficace que s’il est bien réalisé et est d’autant plus intéressant en complémentarité d’autres pratiques marketing…

  70. Pour Maxime :
    En même temps, 50 % de délivérabilité sur un lectorat ciblé peut être très intéressant ! J’ai aussi l’impression qu’une newsletter type mail personnel devient de plus en plus efficace : casser la newsletter sur-imagée avec des couleurs partout sera sans doute plus lue.

  71. pour moi j’utilise feedburner comme emailin solution et il me permet de diffuser facilement les nouveautés via feed RSS à plus d’1 milliers de lecteurs

  72. Pour un emailing de qualité mieux vaux passer par une société spécialisée qui permet une gestion de votre base en fonction des bounces. De plus les serveurs sont blanchis par les FAI ce qui donne un taux de mails dans les spams très faible.
    Pour moi l’emailing reste une des meilleurs techniques d’acquisition de nos jours.

  73. Bonjour,

    Merci pour cet article..

    J’ai testé différente solution avec des couts plus ou moins similaires :

    – active email campagne (bon rapport qté/prix si hébergement perso)
    – aweber (solide mais un peu archaîque)
    – mailchimp (flexible et entièrement « costumizable » en Français facilement)

    La plateforme francaise mailjet me semble aussi fiable vu que les paramétrages de ces propres serveurs sur le spf/dkim sont possibles …

  74. J’ai également eu à utiliser Sarbacane, très performant, qui permet d’éviter l’atterrissage du mail en spam en partie du moins. Ton article est plein de bonnes astuces que je ne mettais pas néccessairement en oeuvre par le passé. Merci

  75. Très bonne présentation sur l’emailing. Pour ma part, j’utilise une solution nommée Oempro ( de Octeth ) et franchement, je recommande.

    Après, l’inconvénient, c’est qu’il est uniquement coté serveur, et assez difficile pour le configurer.

    Pour les débutant, il est plus interessant de se trouver vers une solution de type sarbacane ou le must : Campaignmonitor / MailChimp 😀

    A+, merci pour ton article encore une fois

  76. Article intéressant . Pour l’emailing, nous utilisons mailjet, une solution que nous avons trouvé efficace et pas chère.
    Le site propose des templates pour créer rapidement vos campagnes.
    Nous n’avons aucune action chez eux mais sommes content du service donc…
    Cà évite également aux novices de se retrouver avec une quantité non négligeable de spam.

  77. Attention à l’achat ou à la location de fichiers ! des spam trap existent (adresses piégées) et elles sont alors blacklistées par les FAI. Donc prudence. C’est comme tout, Il suffit de faire les choses en mode éthique 🙂

  78. ça reste quant même la meilleure façon de gagner de l’argent.

    J’utilise Wysija sur wordpress qui crée des newsletter très pros et gratuitement jusqu’à 2000 abonnés.

Les commentaires sont fermés.