Le nombre de pages idéal en SEO

Le nombre de pages est un levier important sur lequel il est possible de jouer en SEO. On peut augmenter ce nombre en publiant de nouvelles pages pour étoffer un contenu ou en supprimer pour se séparer de pages inutiles. Existe-t-il un nombre idéal de pages à atteindre ? Oui. Et pour cela il est important de bien comprendre deux principes majeurs.

La notion de silo et la répartition de Pagerank

Je vais revenir rapidement sur ces 2 principes qui ont déjà été largement décrits.

La notion de silo c’est le fait de cloisonner son site à travers la navigation de telle manière à ce qu’on puisse arriver à des pages qu’à travers une logique sémantique. Que depuis la page « Parapluie », je puisse arriver à la page « Parapluie pour enfant » et non depuis la page « Clé USB » qui n’a aucun lien sémantique.

Cela implique généralement deux choses : une navigation adaptée, sans méga menu qui est l’anti silo par excellence et avec parfois des menus spécifiques à des catégories. Je ne trouverai pas le même menu sur ma catégorie A que sur ma catégorie B (sinon pas de liens sémantiques entre mes pages, cf clé usb vs. parapluie).

La notion de silo implique également que chaque catégorie (ou sous-catégorie) soit particulièrement creusée. Il ne peut y avoir de lien sémantique si ma catégorie ne possède qu’une seule page. On essaye donc de créer des ilots de contenu qui toucheront de manière plus ou moins exhaustive un sujet.

La notion de silo, très importante en SEO, implique donc qu’on cherche plutôt à augmenter son nombre de pages.

Parlons maintenant de la répartition de Pagerank ou plutôt de sa dilution. Le Pagerank correspond à l’ensemble de la popularité que possède un site. Cette popularité se mesure en accumulant le poids de tous les liens qui se trouvent sur la toile et qui pointent vers votre site. Pas besoin de calculettes, des outils très complets existent déjà tels que Majestic, SEMrush ou encore ahrefs pour ne citer qu’eux.

Ainsi, chaque site possède 100% de Pagerank et ce Pagerank ira toujours intégralement sur la page d’accueil du site. A partir de là, Google va suivre tous les liens sans aucun discrimination (follow/nofollow, interne ou externe) et distribuer de manière équitable ce Pagerank. Si la page d’accueil possède 100 liens, chaque lien recevra 1% de ce Pagerank. Ce processus se réalise en permanence pour chaque page : le Pagerank est donc distribué à l’ensemble du site.

Résultat des courses, chaque page possède un certain pourcentage du Pagerank total. Ce pourcentage influencera directement le positionnement de la page. Plus il sera élevé, plus la page aura de chance de bien performer. On peut d’ailleurs optimiser cette répartition en jouant notamment sur la navigation, on parlera alors d’optimiser la répartition de Pagerank.

Dans tous les cas, plus le site aura de pages, plus ce Pagerank sera dilué et théoriquement moins cela sera performant. La distribution de Pagerank veut donc qu’on cherche plutôt à limiter son nombre de pages.

Abacus

Un jugement à effectuer

Je me retrouve donc face à deux phénomènes qui vont vers une logique contraire : la notion de silo implique d’augmenter mon nombre de pages et la distribution de Pagerank implique de limiter mon nombre de pages, voire d’en supprimer.

Ces deux événements étant indispensables à l’optimisation de mon site, il va donc falloir effectuer un jugement.

La première chose à faire, c’est de comparer sa popularité à celle de ses concurrents. Car rien ne sert de parler de répartition si à la base le gâteau à répartir n’est pas suffisamment gros.

On cherchera donc à atteindre une popularité équivalente (ou supérieure) à celle de ses concurrents (et donc à développer une campagne de netlinking si nécessaire).

Deuxième chose à faire, c’est définir quelles sont les pages les plus importantes d’un point de vue SEO sur mon site : quelles pages précises je cherche à faire ressortir dans Google. Une fois ces pages identifiées et optimisées, j’essaierai d’optimiser ma navigation autour de ces dernières. Il devrait en théorie s’agir de pages catégories ou assez hautes dans la hiérarchie. Que ce soit le cas ou non, elles devront dans tous les cas avoir une place particulière dans ma navigation.

Afin de définir si leur place au sein du site et de la navigation est bonne, je pourrai utiliser un outil de visualisation comme Gephi par exemple, qui me permettra de voir le Pagerank interne de chaque page.

Enfin, le mieux pour débuter ce travail, c’est de chercher (au début du moins) à s’aligner sur ses concurrents. S’ils possèdent tous entre 100 et 150 pages pour une popularité donnée, c’est ce vers quoi je dois tendre.

Si j’arrive à tendre vers ça, j’aurai alors une base de travail saine. A partir de cette base de travail saine, je pourrai développer mes silos un par un en les étoffant par du contenu régulièrement. En publiant environ 4-5 pages de contenu par semaine dans une logique de silo (en creusant des sujets donc en allant en profondeur à la fois sur les thématiques mais aussi au niveau de l’architecture), je devrai constater une marche en avant des pages qui m’intéressent.

Mais alors quel nombre de pages idéal ?

Le nombre de pages idéal dépend au final de chaque thématique. Quand on travail une logique de silo, parfois une dizaine de pages de contenu suffiront à atteindre un top 3 pour une niche peu concurrentielle. Quand on s’attaque à des mots clés bien plus concurrentiels, le nombre de pages nécessaires se contera en centaines, voire en milliers.

Dans tous les cas, mieux vaut penser au ratio popularité/pages qu’au seul nombre de pages. Plus vous attaquerez des silos différents, plus vous aurez à publier des pages et plus il deviendra nécessaire de travailler la popularité en parallèle.

Une chose est sûre : si vous débutez un travail SEO, mieux vaut essayer d’atteindre le plus vite possible cette fameuse base saine qui vous permettra de mettre une ou des stratégies en place sereinement et efficacement. Et cette base saine est définie par vos concurrents.

Vous apprécierez peut-être également:

5
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

2 réflexions au sujet de « Le nombre de pages idéal en SEO »

  1. Je pense que Google ne répartie pas les « pagerank » ou disons la popularité de l’index équitablement sur toutes les pages internes qui possèdent un lien sur l’index.
    En effet, je pense qu’il voit bien les « menus » qui sont redondant sur toutes les pages du site comme par exemple : accueil, contact, mentions légales etc…
    Par contre le pense que les silos sont une excellente chose pour le SEO. Evidemment, il va falloir envoyer du lien de qualité vers la page principale (et quelques uns aussi sur les secondaires) du silo.

    1. Les pages hyper linkées (et donc naturellement présentes dans les menus) sont de base gagnantes de la répartition de PR. La page d’accueil par exemple est quasi systématiquement linkée depuis toutes les pages du site et c’est donc dans 99% des cas celle qui reçoit le plus de PR.

Les commentaires sont fermés.