SEO : peut-on réellement optimiser une homepage ?

Plus le web se développe, plus Google modifie son algorithme, et plus les pages profondes gagnent de l’importance. Elles gagnent de l’importance car le contenu et la sémantique sont désormais clairement le coeur du SEO. Mais que devient la page d’accueil ? Peut-on encore réellement l’optimiser pour cibler un mot clé concurrentiel, comme ce fut couramment le cas il y a quelques années ?

L’intérêt d’une page d’accueil

La vraie question qu’on doit se poser est : la page d’accueil est-elle réellement la mieux placée pour cibler un mot clé concurrentielle ? Accessoirement, on peut également se demander quel est le réel intérêt d’une page d’accueil de nos jours ?

Aujourd’hui la réponse est claire : 9 fois sur 10, la page d’accueil n’est pas la mieux placée pour cibler un mot clé, quel qu’il soit.
Et 10 fois sur 10, elle ne devrait pas l’être.

Elle ne devrait pas l’être car la vocation première d’une page d’accueil, c’est d’être la vitrine d’une marque ou d’une société et d’être le point intermédiaire qui permettra aux internautes d’arriver le plus vite possible à l’information qui les intéresse réellement.

Optimiser une page d’accueil : de plus en plus compliqué

Ainsi, pour jouer ce rôle de page intermédiaire, les pages d’accueil reprennent souvent du contenu déjà existant au sein d’un site. C’est loin d’être idéal pour optimiser une page.

Vous pouvez toujours faire l’effort de mettre en avant du contenu unique et spécifique à la page d’accueil (même pour de la navigation), et c’est la bonne pratique, mais la homepage sera toujours sémantiquement polluée par tous les éléments de navigation qui n’ont pas nécessairement de correspondance avec le mot clé cible.

Si l’on veut caricaturer la situation, on peut prendre en exemple la page contact d’un site : peut-on aujourd’hui réellement prétendre effectuer une optimisation SEO pour cette page ? Ca me semble difficile à défendre. La page d’accueil n’est donc pas une landing page SEO, mais une la landing page d’un site : il faut l’optimiser pour la navigation, et non comme un point d’entrée SEO.

La bonne pratique, c’est quoi ?

L’un dans l’autre, on peut quand même mettre en place des bonnes pratiques. J’en retiens globalement deux :

  1. Cibler sa marque et mettre en avant l’expérience utilisateur
  2. Respecter les bonnes pratiques du SEO : de manière vaste et générale (d’un point de vue technique, vitesse de chargement, etc.)

Il faut évidemment respecter les bonnes pratiques du SEO car Google juge un site dans sa globalité et non plus page par page comme il y a 10 ans. Il faut aussi et surtout respecter les bonnes pratiques du SEO car la transmission de Pagerank et les indications sémantiques seront bien plus importantes et puissances, ce qui permettra de booster les performances des pages suivantes également (qui ont, elles, un intérêt SEO direct).

D’un point de vue sémantique, vous pouvez simplement vous contenter de cibler le nom de votre marque ou de votre site. Vous pouvez bien évidemment mettre votre thématique en avant dans la méta title, soit sans prétention de positionnement, soit en ciblant un mot clé longue traîne que vous pourrez pousser malgré tout avec du netlinking ou du maillage interne optimisé.

A coté, l’intérêt SEO doit donc être déporté aux pages profondes, qui pourront, elles, cibler plus aisément des mots clés concurrentiels et c’est une excellente chose.

La méconnaissance de l’intérêt des pages profondes

Les pages profondes ne jouissent pas d’une très bonne réputation à première vue. C’est du à plusieurs choses et notamment au fait que naturellement dans une architecture classique, elles ne sont pas les plus visibles et donc les plus à mêmes de ressortir.

Il est pourtant possible d’y remédier facilement en mettant certaines de ces pages en avant dans la navigation et en cassant les niveaux naturels de l’architecture, afin d’avoir une répartition du Pagerank plus en adéquation avec les objectifs SEO.

L’autre raison, vieille comme le monde, c’est que beaucoup de thématiques n’imaginent pas tout le contenu qu’elles pourraient rédiger. Qui n’a jamais entendu : « je n’ai rien à raconter, je vends des aspirateurs, ça n’intéresse personne » (remplacez ici  « aspirateur » par n’importe quelle thématique, non sexy ou pas) ?

Que vous vendiez des aspirateurs, du papier toilette ou du débouchage de fosse septique, vous pouvez totalement intéresser les internautes en leur apportant une information ciblée sur votre expertise. Par exemple :

  • Des guides complets : « comment réparer un aspirateur défectueux », « bien entretenir son aspirateur », etc.
  • Un comparatif détaillé et textuel des différentes marques d’aspirateur
  • Des tests de produits rédigés sur vos produits, et les autres
  • L’actualité des aspirateurs : avancées technologiques, derniers modèles parus, etc.
  • Une étude de marché : « 3 aspirateurs sur 4 pourraient doubler leur durée de vie au lieu de finir à la poubelle », « 40% des consommateurs n’achètent pas l’aspirateur qui leur convient »
  • etc. : seule votre imagination est la limite

Sachant cela, une page profonde sera toujours plus adaptée qu’une autre page puisqu’elle sera créée et optimisée spécifiquement pour un objectif SEO et donc un mot clé défini, concurrentiel ou non. Si l’on veut effectuer une comparaison (exagérée), une page profonde c’est monter dans une Ferrari pour gagner la course et une page d’accueil (ou une page générique comme une page catégorie) correspondrait à monter dans une Clio. Après, si la Ferrari n’a pas d’essence dans le moteur, elle ira toujours moins loin que la Clio (l’essence étant la transmission de Pagerank, le maillage interne, la dynamique sociale de la page et le netlinking).

Source et inspiration : https://yoast.com/homepage-seo/

Vous apprécierez peut-être également:

41
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

7 réflexions au sujet de « SEO : peut-on réellement optimiser une homepage ? »

  1. Merci pour cet article! Et bonne année!
    En effet, la home page est potentiellement la page la plus difficile à optimiser de mon point de vue, le contenu étant bien souvent limité pour y optimiser quelque chose.
    Mais votre article est très intéressant et va m’aider à optimiser la mienne.

  2. J’ai souvent eu l’occasion de travailler sur des sites sur lesquels la home page n’a pas d’intérêt SEO.
    J’entends par là qu’elle n’est légitime sur aucun mot clé top tail. Cela dit c’est elle qui reçoit le plus de backlinks donc j’essaie de faire en sorte qu’elle serve de support de liens pour les pages avec le plus de potentiel SEO.

  3. comme tu parles d aspirateurs je vais en profiter mais comme je suis seo je vous encourage à regarder comment l’architecture du site est montée 😉 le cocon sémantique cela vous parles ?

  4. Une page « profonde » n’a rien de profond si elle est située en N-1 ou N-2, si l’ergonomie et la vitesse du site sont bien étudiées et si le corpus sémantique doublé du système de siloing sont au RDV.
    Sinon sans ça, effectivement, le SEO c’est avec masque et tuba.
    Quant à la home, c’est la home quoi!

  5. Pour moi, la home est toujours à optimiser peu importe l’activité du site. L’activité globale du site ou de l’entreprise correspond toujours à quelque chose que l’on peut résumer en quelques mots (clés). Alors pourquoi ne pas exploiter ces données ? C’est quand même la page la plus importante d’un site, un portail ce lequel il y a généralement le plus de visites. D’ailleurs, toutes les principales pages d’un site, profondes ou très profondes, sont pour moi à optimiser si elles offrent un minimum d’intérêt. Mais si elles n’avaient pas d’intérêt, elles n’existeraient pas.

  6. Une page d’accueil peut réellement être optimisée lorsqu’on la crée statique, avec un long texte descriptif du thème étudié sur le site internet. Toutefois, ce n’est pas la meilleure technique, car cela peut rapidement fatiguer les internautes …

    Je suis donc également d’avis d’utiliser surtout les pages profondes pour se placer véritablement sur des requêtes.

    Au plaisir de te lire et à bientôt ! 🙂

Les commentaires sont fermés.