Le SEO en 2015 : Comment s’adapter face à Google ?

Google depuis début 2014, c’est 6 mises à jour officielles de son algorithme. En réalité c’est probablement 600, voire 6000 mises à jour officieuses, et cela sans parler des années précédentes. Il ne cesse d’évoluer et inutile de préciser que si vous n’évoluez pas également, vous risquez de stagner, voire pire, de perdre en performance.

Entre Google Panda et Google Pingouin, on a pu lire des dizaines et des dizaines de commentaires et d’articles sur le sujet, à tel point qu’on fini peut-être par s’y perdre devant une information si diluée. Alors comment réagir et quelles sont les bonnes pratiques aujourd’hui fin 2014 ? A quoi ressemblera le SEO en 2015 ? Je vous propose ainsi une petite photographie de ce que nous réserve le fameux moteur américain pour l’année à venir.

Le contenu a été couronné roi

Le vieux débat SEO qui visait à savoir ce qui était le plus important entre les liens et le contenu est passé de mode, ou plutôt de discussion. Il n’y a plus aucun doute, Google a tranché : c’est le contenu qui est roi.

Google poursuit sa croisade et veut, toujours plus, récompenser les contenus intéressants. Ainsi, le contenu dupliqué est encore plus réprimandé qu’auparavant. Chaque mise à jour de Panda est un couperet pour les sites qui en possèdent encore.

Le problème, c’est que le contenu dupliqué n’est pas toujours aisé à repérer, du moins pas aussi simple que dans la théorie. Par exemple la création de certains templates de pages pourra être génératrice de contenu dupliqué, sans même que les propriétaires de sites n’en soient conscients. Mais l’argument avancé par Google est presque toujours juste, à savoir que le contenu dupliqué n’apporte rien à l’internaute et qu’il ne doit donc pas être toléré.

« Google externalise désormais une partie de son travail d’optimisation des SERP, notamment au travers de son outil de désaveu de liens »

Google, c’est désormais très clair aujourd’hui, délègue une partie de sa chasse aux mauvaises pratiques directement aux sites : au lieu d’effectuer lui même la chasse aux mauvais liens, soit en pénalisant les sites qui les réalisent, soit en n’en tenant pas compte, il préfère externaliser ce travail aux sites en personne qui ont donc la charge de supprimer et de désavouer ces liens.

Cette « responsabilité » des sites, toute nouvelle, est quelque chose qui semble voué à continuer. Pour se positionner et pour rester positionner sur des mots clés concurrentiels, il faut non seulement le mériter au niveau de son contenu, mais également en mériter la responsabilité…

De manière plus générale, l’utilité d’une page devient presque un critère SEO à part entière. Sachant que cette utilité se défini par du contenu unique, d’après Google. Du moins, vous devriez être en mesure de rédiger ou de mettre en avant du contenu unique sur une page qui a une réelle utilité.

Un autre paramètre montant, en lien direct avec le contenu, est l’avénement des réseaux sociaux. La dynamique sociale est devenue un critère potentiellement important (mais pas indispensable). Et si les internautes partagent, c’est avant tout du contenu. On pourrait presque y apercevoir le futur du SEO : manager du contenu, organisé de manière structurellement logique, avec des intérêts divers comme du ranking pur et dur, générer du partage, voir d’autres encore plus diverses pour générer du linking interne optimisé, etc.

Pour corréler tout ça, un métier qui a particulièrement le vent en poupe depuis plusieurs mois, et qui risque de continuer à grandir, c’est sans aucun doute le métier de rédacteur web.

« Certains sites investissent déjà des milliers d’euros dans la production de contenu »

Il y a fort à parier que les entreprises et les siteweb vont effectuer un investissement massif dans les années à venir dans du contenu. C’est déjà le cas de certains sites spécialisés qui dépensent jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros dans de la production de contenu…

Là où aujourd’hui placer ses efforts sur la rédaction de contenu optimisé pouvait suffire à atteindre des requêtes, parfois même les plus concurrentielles, cela va devenir de plus en plus bouché. Un peu à l’instar de ce qui s’est produit pour les liens. En 2003 ou 2004, obtenir un bon lien d’un site à fort PR permettait de cibler quasiment en 24h une requête concurrentielle en top position. Désormais, le netlinking est beaucoup plus complexe et requiert des efforts bien plus distillés dans le temps. Le contenu en prend la même voie.

« La production massive de contenu influencera même les canaux payants, comme Adwords par exemple »

L’influence de cette production de contenu influencera probablement (à long terme) même les canaux payants comme Adwords, le display ou encore l’emailing par exemple. Aujourd’hui, on cherche à amener du trafic directement sur les points clés d’un site, sur des landing pages optimisées. Demain, on peut très bien imaginer que ce trafic payant pourra être drivé directement vers les pages de contenu susceptibles de l’intéresser, dans le but de booster du partage par exemple ou même de générer des liens naturels, afin de grandir sur des requêtes ciblées dans Google.

Pour conclure sur cette partie, et sur l’importance grandissante cette année et les prochaines à venir du contenu, on peut juste souligner le fait que le contenu sera naturellement au coeur de toutes les stratégies :

D’un point de vue optimisation interne : la rédaction, et surtout l’organisation du contenu sera le travail quasi quotidien d’un SEO (si ce n’est déjà le cas)

D’un point de vue netlinking : l’échange ou l’obtention de liens optimisés au sein de ces fameux contenus sera le saint graal de chaque SEO.

Ainsi, pour le meilleur ou pour le pire, chacun en jugera, le SEO évolue chaque année et la tendance est très claire et ne permet aucun doute, c’est bel et bien le contenu qui ressortira grandi des choix faits par Google.

« Les grandes lignes du SEO deviennent de moins en moins techniques et de plus en plus abordables »

Le point positif, qu’on ne peut pas nier, c’est que le SEO devient de moins en moins technique (sans négliger cette partie, bien évidemment qui au contraire, le devient peut-être encore plus), mais de en plus à la portée de tout le monde. A tel point que certaines personnes pourront faire du SEO sans même le savoir directement et notamment tous ceux qui touchent de prêt ou de loin à la rédaction.

Vers quoi se dirige-t-on, dans le futur ?

Il y a des choses qu’on peut prédire avec une certaines certitudes, et d’autres plus au doigt mouillé. Restons donc dans cet article, dans des choses construites.

Soyons déjà clair : il n’y aura pas de révolution SEO en 2015, du moins pas aussi apparente qu’on peut le prétendre.

Ainsi, Google Panda et Google Pingouin seront encore les deux grands acteurs de l’année à venir. La chasse aux mauvais liens sera toujours aussi sévère, voir plus puisque Google s’attaque en priorité aux cibles faciles, comme pour avertir les autres qu’il arrive.

N’attendez donc pas que la sanction tombe, si vous avez réalisé du netlinking « à l’ancienne » avec une flopée d’annuaires, de communiqués de presse et de commentaires de blogs, n’hésitez pas à prendre les devants et à supprimer les liens, ou à défaut, de les désavouer.

« La recherche vocale va révolutionner la sémantique en SEO dans les années à venir »

En dehors de ça, et du fait que le contenu prendra les devants, il y a deux tendances majeures qui se veulent de plus en plus concrètes :

La mini révolution sémantique de la recherche, notamment du au mobile, qui va imposer petit à petit la recherche vocale. Du moins c’est ce que semblent penser les grands acteurs de la recherche qui y mettent beaucoup d’efforts.

Quelle influence direct au niveau SEO ? Des requêtes plus courtes, des requêtes plus parlées et moins écrites, et surtout une notion d’intelligence beaucoup plus présente dans Google qu’auparavant, au niveau des requêtes exactes.

Tout comme sur Adwords, il était possible en SEO de jouer sur des erreurs de frappes, ou des variantes moins concurrentielles d’un mot clé pour en capter une partie. Google n’avait en effet pas « l’intelligence » de comprendre le lien entre ces variantes. Il semblerait que l’on se dirige de plus en plus vers un moteur intelligent qui puisse lier ces requêtes.

La concurrence sera plus rude que jamais et les petits risques de se faire un peu écraser : on parle très long terme certes, mais nul doute que Google fera les choses de manière réfléchie et qu’il est trop tôt pour polémiquer à ce sujet. C’est en tout cas une direction certaine vers laquelle nous nous dirigeons puisque sur Adwords, Google a déjà annoncé la fin des mots clés exact au sens où on l’entendait autrefois, ce qui nous coupera donc de données sémantiques importantes et précises.

L’autre mini révolution, qui n’en est plus réellement une, est liée aux mobiles et aux applications mobiles. Et là c’est beaucoup de fantasmes plus qu’autre chose. Le responsive (ou l’optimisation d’un site pour mobile) deviendra-t-il un critère positif de l’algorithme de Google ? On sait déjà que Google sait lire et interpréter le CSS et le JS par exemple, il doit bien l’utiliser autrement que pour trouver des abus, très rares de nos jours.

« Le SEO d’applications mobiles et tablettes, une réalité future ou du fantasme ? »

Par ailleurs, quand on sait que les tablettes sont plus utilisées que les PC une fois 21h passé, certains spécialistes fantasment quant à l’apparition d’une nouvelle catégorie Google « Applications », ou même d’un SEO d’applications dans iTunes qui pourrait devenir une spécialité, voire une nécessité future pour les sites.

Sans aller jusque là, le futur n’est pas toujours ce qu’on attend de lui, en témoigne le projet Google Glass qui ne verra peut-être pas le jour, du moins pas de manière aussi grand public que certains le laissaient entendre de manière certaine.

De manière plus générale, à moins d’être un visionnaire ou d’avoir la matière pour mettre en place des dizaines de tests, mieux vaut continuer d’avancer sagement, en s’assurant de mettre en place de bonnes pratiques car la seule chose de sûre, c’est qu’une révolution sur Google ne se créera pas en un jour, mais sera probablement échelonnée sur plusieurs années.

Source et inspiration : http://searchengineland.com/future-seo-look-seo-experts-share-best-insights-seo-2020-200895

Vous apprécierez peut-être également:

7
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

Une réflexion au sujet de « Le SEO en 2015 : Comment s’adapter face à Google ? »

  1. Merci pour les infos, très bonne article.
    On peut même dire article devin avec l’annonce du responsive design pénalisé par Google pour tous les sites n’étant pas en responsive.

Les commentaires sont fermés.