5 fausses excuses pour ne pas faire de SEO

Le SEO (c’est-à-dire le référencement naturel, ayant eu la remarque récemment) c’est indispensable à tous les sites Internet, non pas pour gagner des clients ou de la visibilité mais dans la plupart des cas pour survivre. Je pense qu’on est tous d’accord sur ce point.

Et bien non, nous ne sommes pas tous d’accord puisque le nombre de sites ne se souciant pas du SEO est important et les excuses des dirigeants varient mais se ressemblent toutes.

Pourtant on lui avait dit de faire du SEO
Pourtant on lui avait dit de faire du SEO

Voyons ensemble 5 fausses excuses pour ne pas faire de SEO.

(1) Les mots clés sont trop compétitifs

Forcément, le SEO c’est « gratuit » et donc beaucoup de gens s’y intéressent. Du coup, se positionner sur des termes importants n’est pas à la portée de tout le monde et surtout ne se fait pas du jour au lendemain.

C’est un des facteurs qui décourage le plus les sites non adeptes. Alors, en quoi ont-ils tort ?

Il existe plusieurs arguments pour contrer cette fausse-idée. On peut tout d’abord pointer du doigt qu’aucun mot clé n’est hors portée de qui que ce soit : tout est une question d’argent à investir, d’efforts à fournir et de temps. Aux personnes concernées de déterminer si les efforts nécessaires et l’argent à investir valent le retour escompté.

Par ailleurs, dans la mesure où le terme en question est réellement trop compétitif, il existe de nombreux termes peut-être moins utilisés mais qui généreront un trafic tout aussi qualifié et le fait de se focaliser sur des termes moins recherchés aura sans conteste un effet très bénéfique, à moindre coût.

On sait que le choix des mots clé est primordial et que le trafic généré sera alors qualifié ou non. Un exemple « on-ne-peut-plus-récent » est celui de mon dernier article « 12 prédictions pour 2010 ». Cet article m’a apporté un nombre assez conséquent de visiteurs arrivés depuis Google à partir de termes apparentés à la voyance. Peut-être vais-je ainsi me reconvertir, je dois y réfléchir.

Plus sérieusement, si j’avais mieux précisé le titre de l’article, peut-être que seuls des visiteurs intéressés auraient cliqué et là où mon taux de rebond est de 90%, peut-être aurait-il pu être de 50% avec un meilleur titre, et donc un meilleur choix de mot clé.

Tout ça pour dire que le réflexe de beaucoup de gens sera de générer le trafic maximum en pensant à des mots clés très génériques (et compétitifs) tandis qu’au final ces mots sont loin d’être les plus bénéfiques.

(2) Le référencement ça coûte trop cher

Vu le trafic que cela génère et les clients que cela amène, les prix doivent être exorbitants. Voilà une autre croyance trop fortement répandue.

L’avantage principal du SEO et des moteurs de recherche de manière plus général, et cela vaut aussi bien pour le référencement naturel que payant, est qu’on peut contrôler de manière très précise le budget qu’on souhaite y consacrer.

Pour prendre l’exemple des liens sponsorisés, dont je parle trop peu, chaque site pourra établir un budget à investir et contrôler ainsi le nombre de clics et de visiteurs générés sur les termes compétitifs, ou pas, de leur choix.

Au final, il est tout à fait possible de faire un minimum d’effort et/ou de se focaliser sur de l’achat de mot clé très précis et donc généralement peu cher le tout pour un budget final assez faible.

Par ailleurs, le b.a.-ba du référencement naturel est à la portée de tous, pour peu que chacun y accorde un minimum de temps et de volonté, permettant ainsi le gain de quelques visiteurs depuis les moteurs de manière totalement gratuite.

(3) On ne peut pas se permettre de re-designer ou de réécrire le contenu du site

C’est vrai que l’optimisation totale d’un site passe souvent par de la réécriture de contenu voir un re-design partiel ou complet du site.

Si je devais faire une réponse en une ligne, je dirai tout simplement qu’il y a clairement une chose que ces sites ne peuvent pas se permettre, c’est de ne pas réagir.

Pour compléter un peu plus, une page optimisée pour les moteurs, l’est généralement également pour les clients. En effet, il y a fort à parier que la ou les pages en question ne seront pas très attractives et transformeront ainsi peu.

Imaginons qu’un site possède un contenu peu adapté. Le fait de réécrire ce contenu lui permettra de mieux se positionner sur son mot clé principal. Par exemple pour Superbibi, « web marketing pour les nuls ». Ainsi, les internautes arrivant sur le site depuis ce terme auront de grandes chances de trouver ce qu’ils recherchent puisque le contenu en question sera en rapport avec le mot clé qu’ils ont tapé.

(4) J’ai déjà assez de clients sans les moteurs

Tout d’abord c’est un argument assez surprenant, puisque en théorie une entreprise a rarement « assez » de clients.

Certes c’est une excellente chose d’avoir une bonne base client grâce à des recommandations, des clients fidélisés etc. mais c’est dommage de se limiter ainsi.

Le SEO ne peut être que bénéfique et apportera des perspectives de développement, des nouveaux clients et une plus grande notoriété, le tout sans énormes dépenses.

Le gros danger d’une telle attitude est d’être trop attentiste pour au final voir tous ses concurrents accroître leur présence online. Présence qui vaut plus que ce qu’elle n’y paraît puisque le nombre de personnes utilisant Internet pour comparer différentes offres et différents fournisseurs est grandissant et il existe un réel risque qu’une société ne faisant pas l’effort d’y être perdra peu à peu des parts de marché pour au final ne plus devenir viable.

(5) Mon budget est déjà bouclé

Toutes les entreprises de toutes les tailles ont un budget marketing. En théorie ce budget est réfléchi et n’est pas du tout fait au hasard. J’aurai d’ailleurs l’occasion de détailler cela lors de futurs articles. Ainsi, le gros défaut du web est que visibilité ne rime pas forcément avec transformation.

C’est vrai qu’une publicité sur TF1 juste avant le 20h ça fait rêver et c’est sans conteste synonyme de réussite « personnelle » mais l’impact marketing réel d’une telle publicité est ridicule comparé à de la recherche ciblée sur Internet.

En effet, le gros avantage du web c’est qu’on peut axer tous ses efforts sur une cible très précise d’internautes maximisant ainsi les retours attendus.

Certes c’est beaucoup moins sexy au final, mais ça fonctionne réellement. Et si l’idée d’une publicité sur TF1 vous fait toujours rêver malgré tout, le web peut tout à fait être utilisé en tant que complément à des campagnes offline.

Vous apprécierez peut-être également:

2
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

15 réflexions au sujet de « 5 fausses excuses pour ne pas faire de SEO »

  1. j’aimerais revenir sur 2 ou 3 points.
    tout d’abord le 4, y a vraiment des clients qui sortent des inepties pareil 8|
    le 5, tout dépend les professions mais il est vrai que certaines profession ont des contraintes budgétaires, des plannings qui sont votés lors de CA, sans quoi aucune autre dépense ne peut se faire. J’ai des clients qui fonctionnent comme ça, et autant vous dire qu’il faut arriver au bon moment si non faut patienter jusqu’à un an parfois.

  2. Moi c’est le 2 sur lequel je ne suis pas complètement d’accord.
    tu prends l’exemple des liens sponsorisés pour dire que le SEO ne coute pas trop cher, mais cette technique est limitée dans le temps, quand plus de budget, la visibilité disparait. Avec le ref naturel, c’est vrai aussi, mais ça dure plus longtemps, surtout si le travail a été fait correctement
    je pense que c’est un calcul coût investissement à faire, et en fonction des objectifs et produits, si c’est une campagne saisonnière les liens sponso peuvent être intéressants

  3. Je trouve cet article pertinent car il y en a très peu sur ce sujet, qui est pour le moins attrayant !

    Je pense qu’a partir du moment où une société n’a jamais fait de référencement, qu’elle ne connait pas ce métier et les bénéfices qu’elle peut en tirer, elle affichera de la méfiance et sera septique quand au argument que lui avancera son futur référenceur.

  4. La première fausse excuse c’est que beaucoup pensent que c’était le travail du « Webmaster » lors de la création du site, et ils ne savent souvent pas que le referencement c’est surtout beaucoup de travail off-site.

  5. @classe decouverte: à propos du point 5, toutes les entreprises (PME comme grandes) ont des contraintes budgetaires. Il s’agit plus de les sensibiliser sur le retour que peut amener un investissement sur du SEO, même si comme tu le soulignes, des délais sont parfois inévitables.

    @UV macon: le budget dépend dans tous les cas de la concurrence sur le ou les termes en question mais de manière très générale, le SEO reste un canal relativement peu cher comparé à d’autres.

    @4w Webagency: entièrement d’accord sur la méfiance qu’amène le SEO et le web marketing de manière plus générale mais je pense que les choses évoluent assez vite à ce niveau là et les internautes sont plus concernés qu’autrefois sur ces questions.

    @dakine: c’est également très juste!

  6. D’un certain côté heureusement que beaucoup de sites (certaines fois les meilleurs au niveau contenu réel d’ailleurs) ne prennent pas encore le ref au sérieux, ça facilite la tâche !

  7. Je pense que la principale raison de négliger le SEO c’est de ne pas l’avoir budgéter lors de la création de son site.
    Un grand nombre de personnes ont l’idée du site mais ne ce soucie pas dans un premier temps de savoir comment les gens vont arriver dessus, le problème principal étant que les pages ne sont alors pas optimisées correctement.

  8. En même temps, c’est notre chance. Si tout le monde avait conscience de l’intérêt du référencement et le travaillait en y mettant les moyens, notre travail de référenceur serait beaucoup plus difficile !

  9. J’ai un collègue il travaille sur son blog fake plastic love. Son problème est le Seo. Il ne le travaille pas sous prétexte que les internautes vont revenir et qu’à force d’écrire il va forcément faire mouche.

    Je ne suis pas tout à fait, plutôt du tout d’accord avec lui. J’estime que le SEO a son lot de temps à mettre en oeuvre pour notamment améliore son page rank. Puis surtout, faire en sorte de positionner son site sur des mots clés pérennes.

    Exemple: à chaque fois que je tappe le mot clé : »le web marketing », je trouve sur superbibi.

    J’imagine que tu as travaillé tes mots clés, c’est toi l’expert, n’est-ce pas.

    Mais j’avais une question depuis que je lis ton blog, je m’éclate comme le coup ou il faut boire du café je crois que c’était pour les fonctions de google machin.

    Bref, quand tu as lancé ton site superbibi combien de temps as tu concentré (sans compter) je suppose mais essaye juste de donner une idée ? Puis, comment as tu procédé à travailler le seo de superbibi ? Merci juste de me donner quelques pistes 😉

Les commentaires sont fermés.