Où s’arrête le SEO ?

Le SEO, vous le savez tous, c’est faire en sorte de bien ressortir dans les moteurs de recherche. Alors on optimise les sites, on injecte du contenu à droite à gauche, on fait croire à Google que notre site est super populaire et on ressort bien classé sur les expressions clés liées à notre activité.

Il n’est pas question ici de limites, à savoir qu’est-ce qui est bien ou dangereux de faire mais plutôt une fois un site positionné sur ses expressions clés, que lui reste-t-il à faire ?

Faut-il se contenter de consolider ses positions ? Si oui, comment ? Faut-il chercher des sources de trafic qualifiées alternatives ? Faut-il créer des landing pages à perte de vue ?

Bref, le SEO a-t-il réellement des limites ? Quelles marges de manœuvre ont concrètement les sites déjà bien positionnés ? Où s’arrête un travail de SEO réussi ?

Où s’arrête le SEO ?

Je travaille actuellement pour une agence web à Sydney, agence qui a pour clients des gros sites de grandes sociétés et un des sites ressort bien positionné sur plus de 90% des requêtes sur lesquels il se positionne (environ une centaine de requêtes).

Alors plutôt que de se contenter de consolider les positionnements, on organise régulièrement des séances de brainstorming avec pour thème « quels mots clés supplémentaires pourraient apporter un trafic qualifié » ou encore « quelles sources de trafic alternatives pourraient être exploitées ? ».

C’est intéressant car cette société paye une forte somme pour ressortir sur les expressions clés et le travail effectué par l’agence est à priori très qualitatif puisque les résultats sont assez impressionnants.

En théorie, le travail devrait être terminé, dans le sens où le contrat a été respecté mais la question est plus profonde. Où s’arrête réellement le SEO ? A partir de quel moment peut-on dire qu’on a exploité au maximum les possibilités offertes par Google ?

Evidemment ce cas de figure est plutôt rare et la concurrence est à priori toujours présente et acharnée, toutefois, imaginons que vous ayez un site qui ressort en première position sur une dizaine de requêtes qui lui correspondent le plus. Quelles solutions entreprendriez-vous ?

Il existe en réalité plusieurs solutions dont voici un échantillon :

  • Créer des landing pages spéciales, c’est-à-dire un contenu optimisé pour cibler d’autres mots clés supplémentaires.
  • Vous orienter vers du référencement alternatif, type Google Image (2ème moteur le plus utilisé en France, rappelons le).
  • Mettre en place un glossaire pour ressortir sur les définitions et au passage sur les requêtes du type « Qu’est ce que le SEO » par exemple.
  • Eventuellement créer un blog pour attirer un autre profil de visiteur.
  • Solution plus extrême, développer un widget pour attirer les visiteurs depuis iGoogle.

En fait, une fois un site positionné sur ses positions clés, il y a un choix stratégique à faire :

– Soit on élargit le champ lexical et on l’étire au maximum

– Soit on essaye d’attirer une nouvelle audience (par exemple, une agence de SEO qui ressortirait sur « référencement naturel » pourrait essayer d’attirer une audience plus avertie en se positionnant sur des termes liés au mot « SEO »)

– Soit on se positionne sur des mots clés « indirects » (pour reprendre l’exemple de l’agence SEO, des termes comme « avoir plus de visiteurs » ou « augmenter son trafic »)

En fonction du choix effectué, les solutions à appliquer seront bien évidemment différentes. Toutefois, toutes ces orientations stratégiques entraînent plus de SEO.

Il ne faut également pas négliger le temps nécessaire qu’impliquent toutes ces solutions. Une chose est sûre, c’est qu’une fois un positionnement atteint, il ne faut surtout pas relâcher ses efforts. Certes le travail sera considérablement réduit, mais pas réduit à néant.

On pourrait également penser que Google est une excellente source de trafic mais que toutefois il serait plus judicieux de s’intéresser à développer des sources de trafic alternatives comme l’affiliation ou encore via les réseaux sociaux.

Au final, dans la théorie, aucun site n’en aura jamais fini avec son SEO puisqu’il sera toujours possible de faire mieux. La limite se situera alors uniquement dans les yeux des responsables mais jamais au niveau du SEO lui-même.

Alors où s’arrête le SEO ? A proprement parlé, il ne s’arrêtera jamais, du moins dans l’état des choses actuelles.

Vous apprécierez peut-être également:

5
partages
Partagez avec vos amis...










Submit

31 réflexions au sujet de « Où s’arrête le SEO ? »

  1. En voilà une belle allégorie sur les métiers du SEO !
    Et vu l’image qui illustre le sujet, on est pas loin de franchir les limites : la vitesse c’est dépassé.
    Il aurait mieux valu choisir un tracteur, qui creuse lentement et profondément son sillon…
    Le pire, c’est que j’ai tendance à être d’accord avec l’impossibilité d’arrêter car le référencement a un petit côté château de sable, qui nous ramène à la saison et à la plage !

  2. Je confirme que le SEO pour un site ne s’arrête jamais, du simple fait que tes concurrents eux, ne font pas de pauses.

    J’avais un site très bien positionné, pour lequel j’ai relâché la pression pendant environ 1 an et demi, concentré sur de nouveaux projets. Inexorablement, mes bonnes positions se sont dégradées, jusqu’à devenir critiques pour le business de ce site. Je suis à peu prêt certain que le travail qui m’a été nécessaire pour regagner mes positions a été bien plus fastidieux que si j’avais tranquillement continué mon travail.

    Lancer plus de projets que l’on peu en absorber => pas bon
    Se reposer sur ces lauriers => pas bon

  3. le seo est travail sans fin, on doit faire du lien, travailler des partenariats, élargir son champ d’action de mots clés (ce qui bien expliqué dans l’article).
    Par contre, étant un jeune seo, et faisant cela que pour mon site, défois je ne vois pas les évolutions lié au seo dans mes positions sur google, on dirait que je stagne depuis 3 mois, à moins que ce soit mes concurrents qui en faisant leur référencement m’empêche d’aller plus haut?

  4. Confirmation pour moi aussi.
    L’optimisation et la mise en place d’actions visant à renforcer le positionnement du site sont forcément une fuite en avant.

    D’une part parce que les concurrents ne vont sans doute pas rester les bras croisés.
    Maintenir ses positions nécessite donc autant de travail que de les gagner.

    Et par ailleurs, parce que les risques de modifications d’algo, les ajouts de filtres, etc. peuvent à tout moment impacter la visibilité d’un site.

    Comme tu le précise, le travail sur de nouvelles expressions, le renforcement des positions actuelles sont indispensables.

    En parallèle, les bonnes question a se poser sont « Comment devenir moins dépendant des moteurs ? Que faut-il mettre en place pour accroitre ma visibilité sans eux ? « 

  5. Très bon article. Il est difficile de trouver la limite du travail à effectuer. Qu’es ce qui a était vendu au client ?

    En effet ce que cet article ne cite pas c’est que derrière la prestation il y a également un commercial qui a vendu cette prestation, qui lui sera ravi de vendre des options supplémentaires au client.

  6. La question est ouverte et judicieusement posée ! En effet, on n’en finit jamais ! Seul le budget alloué, une fois dépensé, peut déterminer le début et la fin.

  7. il faut penser aussi à l’internationnal quand s’est possible (ce qui multiplie le nombre d emots clés par autant de langues possible) car autant en France, il n’y a que Google mais ailleurs, c’est une toute autre chose!

  8. Complétement d’accord, le SEO n’a pas de fin, il y aura toujours des optimisations à mettre en place, des liens à créer, des nouveaux mots-clés à cibler.

    Mais une fois que le référencement est suffisant, il faut penser, comme le dit Sylvain, aux autres méthodes pouvant apporter du trafic ciblé pour ne pas avoir tous les oeufs dans le même panier.
    Le jour où Google cassera les oeufs, beaucoup de monde aura mal!

  9. Il est important de toujours trouver de nouveaux mots-clés et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
    Et puis continuer lorsque l’on a de bonne position cela permet de se concentrer sur de nouvelles techniques et de ne cesser d’apprendre. C’est un métier qui évolue et où il est difficile de se reposer sur ses lauriers.

  10. Le SEO ne s’arrête jamais, car le média web ne s’arrête jamais. Que c’est difficile de faire comprendre aux collègues formatés par le ‘print’ depuis de longues années qu’à la différence d’une plaquette, il y a toujours un petit truc à corriger sur une page web, qu’une information même passée de date n’est pas obsolète mais peut être réutilisée à bon escient.

  11. Comme pour tout projet, une fois l’objectif atteint il faut s’en fixer de nouveau. Ça ne s’arrête jamais.
    A ça il faut ajouter que l’algo des moteurs évolue doucement mais surement, un travail constant de fond est donc nécessaire.

  12. Dans le référencement, il y a plusieurs choses immuables, dont une très importante, c’est l’entretient. Tout comme chaque métier, il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers et sans cesse progresser sous peine d’être dépassé !

  13. Quand tu dis que google image est le 2eme moteur de recherche utilisé en france, tu parles de tout les moteurs de recherche confondu? Image ou non?
    J’aimerai d’ailleurs connaitre le % de la part de marché de google image si tu l’a^^

  14.  » Soit on se positionne sur des mots clés « indirects »  »
    Je trouve ça très pertinent. Parfois même certaines requêtes indirectes peuvent être plus intéressantes que certains requêtes dites principales.

    Pourquoi pas en ciblant le but recherché plutôt que le moyen : se placer sur « acheter du pain » pourrait peut-être donner plus de conversion que sur « boulangerie », par exemple.
    Il y a aussi certaines erreurs ou approximations intéressantes à cibler : webmaster pour développeur, stockage pour hébergement, …

  15. Le SEO est un sujet vaste et quasi infini. Il possible de faire tellement de choses et chaque besoin et objectif de chacun est aussi différent que les moyens pour y arriver.

    Cependant, il important de faire attention à ne pas trop investir de temps sur du SEO au dépend du contenu et du travail de fond. Google n’est qu’un moteur et l’on s’adresse essentiellement à des individus.

  16. Arrivé un moment je me demande pour la question du positionnement si ça sert encore à quelque chose de créer des landing pages, puisqu’on va arriver à toucher la longue traîne.

    Dans le cas d’un catalogue produits les fiches produits vont servir chacune de landing page qui devra être elle-même optimisée, mais les thèmes porteurs en terme de trafic vont se raréfier, et arriver à un moment où le temps passé à créer cette landing page et la positionner ne sera plus rentable.

    En tout cas il faut toujours multiplier les sources de trafic et ne pas s’arrêter au seul SEO qui plus est sur Google, c’est un peu beaucoup dangereux quand même de confier son business à un seul prescripteur qui peut nous éjecter du jour au lendemain.

  17. Il est clair que le SEO semble éternel et il y aura toujours un concurrent pour venir nous titiller.

    Moi, au delà de savoir ce qu’il y a après le SEO (??!) j’aimerai bien savoir en quoi consiste le travail d’entretien du positionnement. Que faut il faire une fois que tout est optimisé, qu’on a fait les fonds de tiroir pour les BackLink, etc ?

  18. Le SEO ne s’arrête nul part, internet évolue trop vite pour qu’on prenne le temps de se reposer sur ses acquis. Chaque jours apporte son lot de nouveautés et de surprises, un concept génial et révolutionnaire le lundi peut très bien passer à la casserole le dimanche au soir.
    La magie des nouvelles technologies…

  19. @Xavier: je parle bien de tous les moteurs confondus. La dernière source fiable en date provient du JDN (dispo ici)

    @Nico: il est clair que créer des landing pages à perte de vue sans pertinence ni CTA, n’a à priori aucun intéret. Tu as raison, c’est peut-être là la limite du SEO (encore qu’un eCommerce peut se développer à volonté, par exemple créer une landing page pour vendre des Kway sur ton site de parapluie, etc.). Après pour un site qui vend des services c’est peut-être plus complexe.

    @Creoline: pour consolider un positionnement, il faut s’assurer qu’aucun changement majeur n’a eu lieu recemment (en gros se tenir au courant de l’actualité) et continuer éternellement le travail de link building.

  20. Le SEO est en effet un travail permanent et sans fin mais c’est aussi ça qui le rend passionnant: les possibilités sont quasi illimitées, la seule limite est souvent l’imagination (ou parfois le budget et le temps bien évidemment)
    L’exemple des deux audiences différentes est intéressant mais assez peu mis en pratique au final. C’est compliqué à mettre en place mais si c’est bien géré, ça permet en effet de quasiment doubler un trafic!

  21. Je tiens à te remercier pour cet article ainsi que l’ensemble des articles présents sur le blog. Très très riche comme site. Merci.

  22. A mon avis le SEO va de plus en plus se coupler avec les autres campagnes marketing et deviendra un facteur comme un autre qui constitue une bonne campagne

  23. Je pense qu’aujourd’hui le travail de référencement ne s’arrette plus au simple positionnement sur certains mots clés (même si cela reste le coeur de métier).
    Pour ma part je part plus sur des réalisations d’objectifs (vente, contact, etc…) et des moyens d’y arriver

  24. J’apprécie beaucoup cet article. Mais une question : est-ce que vous allez donner un jour sur superbibi (où je ne cesse d’apprendre) des techniques pour, justement, bien déterminer ses mots clés ?

    Bêtement, j’aurais tendance à faire du sondage…

    Si c’est un sujet que vous avez déjà abordé, pouvez-vous me le linker ?

    Et merci pour l’article.

  25. Il y aura perpétuellement un nouveau concurrent pour venir vous chercher sur LA requete qur laquelle vous chercher à être le mieu positionner. Il ne semble pas y avoir de fin au SEO sachant que, déjà il faut se battre pour être le premier et seul une personne à la fois peut y arriver, et si l’on a la chance de prendre cette place il faut maintenir le positionnement. Chose qui soit dit au passant, doit être un travail extrêmement fastidieux.

    Je rejoins assez la réaction de  » Céoline ». Qu’est ce que l’on fait une fois que l’on est bien positionner ? Et quoi faire une fois que tout semble optimisé à 100% ?

    Faut-il continuer l’effort tout en développant d’autre secteur comme les réseaux sociaux ou créer et alimenter des blogs en interne ?

  26. Bonjour,

    Merci pour ce bel article qui vient d’éclairer ma lanterne. Je suis actuellement dans la situation énoncée dans cet article et je n’avais jusque là plus trop d’idées pour améliorer mon SEO.

    J’aime l’idée du glossaire à laquelle je n’avais pas du tout pensé. Je vais essayer de la mettre en place, ça me permettra de créer du nouveau contenu et donc de cibler d’autres expressions clés car aujourd’hui, je suis très bien placé sur les principales requêtes liées à mon activité professionnelle (pour ma niche).

    Cependant, j’aurais peut être rajouté une chose à l’article. En effet, je pense qu’il est important de mentionner qu’on n’est jamais à l’abri de perdre des places dans les SERPs si on ne continue pas à créer des liens vers nos pages. On pourrait donc dire que le SEO ne s’arrête alors jamais car on pourrait toujours créer du nouveau contenu sur les plateformes de référencement, les blogs… pour faire des liens vers nos pages et donc leurs faire encore et encore prendre du poids.

Les commentaires sont fermés.