Aller plus loin dans l’optimisation SEO de WordPress

En appliquant les recommandations des chapitres 1 et 2 (optimisation du thème WordPress et installation des extensions utiles au SEO), vous avez déjà fait un grand pas en avant, vers des performances WordPress SEO plus optimales. Mais vous pouvez aller plus loin.

Ces conseils facultatifs ont pour but de travailler le SEO plus en profondeur, pour viser des positionnements plus durables et plus concurrentiels. Je vais également mettre en avant des conseils qui s’attaquent à des cas plus spécifiques et qui ne concerneront donc que les personnes exposées à ces problématiques (sites multilingues, WooCommerce, pagination, netlinking, etc.).

Publier du contenu fixe

Quelle différence entre le contenu fixe d’un blog (c’est-à-dire les pages dans WordPress) et le contenu chaud (les articles donc) ? Une plus grande stabilité SEO, un maillage interne bien plus facile à optimiser et à mettre en place, un contenu sur lequel vous avez plus de contrôle (car fermé aux commentaires), plus libre et intemporel qu’un article, et donc in fine des positionnements plus stables et faciles à atteindre avec des contenus fixes.

Seulement il ne faut pas le faire n’importe comment.

L’idéal, c’est de commencer par se fixer plusieurs objectifs :

  • 1 à 3 mots clés concurrentiels à atteindre en top position en fonction de votre rythme de publication
  • une dizaine de mots clés longue traîne en top position également

Il faut ensuite se poser une question simple : ai-je plus de chance de sortir sur un mot clé en publiant une simple page ou en publiant un guide complet de plusieurs pages ?

La réponse paraît évidente : n’hésitez pas à publier un maximum de contenu autour d’une même thématique (et donc d’un mot clé concurrentiel), vous augmenterez vos chances de ressortir. Plus vous publierez sur le sujet, plus vous monterez dans Google (si votre maillage interne est adapté…). La méthode précise sera décrite très prochainement dans une formation vidéo à paraître.

Pour la décrire malgré tout en quelques lignes, depuis la mise en ligne du Knowledge Graph par Google en 2012, la notion de corpus sémantique est devenue cruciale. Avant, Google identifiait un mot clé comme une requête utilisateur, désormais il comprend cette requête et tout ce qu’elle implique.

Par exemple, si l’on écrivait « Paris » dans Google avant 2012, Google retournait des contenus en forte relation sémantique avec le mot « Paris ». Depuis 2012, il comprend que Paris est la capitale de la France, que la ville est traversée par la Seine, etc. Ainsi, il va non plus retourner les textes avec une forte relation sémantique avec le mot Paris, mais ceux qui semblent le plus pertinent sur le sujet, à savoir les textes qui parlent de Paris certes, mais qui évoquent également la France, la Seine, etc.

De la même manière, si vous écrivez un article sur le SEO de WordPress, il ne suffit plus de placer votre mot clé, à savoir « SEO WordPress » un maximum de fois dans la page, mais plutôt d’utiliser (ou mieux, de créer des pages sur ces thématiques, qui se lient avec votre page initiale) des termes connexes, issus du même corpus sémantique, comme par exemple CMS, blog ou encore plugin/extension.

En multipliant les contenus, et donc les pages ou les paragraphes sur ces thématiques proches, vous augmentez vos chances de ressortir sur votre mot clé principal.

Sachez également que vous pouvez mettre en place un système d’ancre qui pourra s’avérer une alternative tout à fait convenable à la création de pages. Cette méthode que j’utilise sur cette page http://www.superbibi.net/guide-referencement (par exemple) est décrite quelques étapes plus loin.

L’utilisation de pages fixes étant beaucoup plus propice à ce type de méthodes, c’est pour cette raison que je vous recommande l’utilisation de ces dernières pour cibler des mots clés particulièrement concurrentiels, avec des contenus intemporels.

La deuxième raison tout aussi importante c’est la notion de densité pondérée. Au tout début du SEO, on parlait de densité brute : il suffisait de répéter un mot clé X fois pour qu’un texte soit jugé pertinent par le moteur sur la thématique abordée. Désormais c’est un peu plus fin, et il faut pondérer cette densité car chaque mot n’a pas la même valeur au sein d’un texte, en fonction de là où il est placé et en fonction de sa mise en avant.

Ainsi, par exemple, si vous intégrez votre mot clé dans la balise title, ou dans un titre h1, Google identifiera ce terme comme bien plus important sémantiquement pour la page en question qu’en le citant 10 fois « normalement » au sein de votre contenu.

L’idée c’est donc de mixer les deux : mise en avant, placement du mot clé et répétition de façon judicieuse afin d’atteindre la densité pondérée parfaite aux yeux de Google. Il n’existe pas un pourcentage idéal défini, il faut vous caler en fonction de la concurrence. Vous pouvez par exemple utiliser Alyze.info pour analyser les pages web de vos concurrents et constater la densité pondérée qu’ils utilisent : cela peut constituer une base à reproduire.

Les commentaires au sein d’articles viennent polluer cette densité pondérée (à un pourcentage plus ou moins faible, en fonction de l’activité de vos lecteurs) et c’est pourquoi sur WordPress, il sera toujours plus intéressant d’utiliser une page fixe pour cibler un mot clé concurrentiel qu’un article, en plus des raisons citées ci-dessus.

Supprimer les pages catégories

Quelle hérésie allez-vous dire, les pages catégories sont l’essence même d’un blog. Elles permettent la classification facile d’articles.

Pourtant d’un point de vue SEO (et utilisateur ?) ces pages n’apportent en réalité presque rien, et encore plus depuis Google Panda. Ces pages sont construites uniquement à partir de contenu déjà existant (le contenu de vos articles) et sont donc une source de contenu dupliqué.

Attention toutefois ! Il se peut que vos pages catégories génèrent aujourd’hui encore du trafic depuis Google. Vérifiez cela dans Google Analytics et ne les supprimer évidemment pas si elles vous génèrent des visites. Toutefois, dans 90% des blogs, ces dernières ne sont pas pertinentes et possèdent peu d’intérêt et peu de potentiel.

On a justement intégré une balise noindex sur ces pages catégories en première partie. Mais si on veut aller plus loin, il faut carrément s’en séparer :

  • Ces pages ne génèrent pas de trafic
  • Elles n’apportent rien d’un point de vue SEO
  • Elles n’apportent rien aux utilisateurs
  • Et surtout, elles sont un gouffre à Pagerank

Un peu de théorie pour comprendre tout ça : chaque site possède un certain poids aux yeux de Google, ce poids c’est le Pagerank. Il vaut 100% lorsque Google le distribue. Ce poids de 100% est ensuite réparti en fonction du maillage interne proportionnellement à l’ensemble des pages du site. Et cette répartition passe par dessus le noindex. Ainsi, si vous faites un lien vers une page en noindex, ce sera de la perte sèche de Pagerank et c’est exactement ce qui se passe avec vos pages catégories.

Au lieu d’exploiter 100% de la puissance que vous donne Google, vous n’en exploiterez en réalité qu’une partie puisqu’une partie de cette dernière se perdra à jamais dans ces pages en noindex. La bonne pratique reste quand même de mettre ces dernières en noindex/follow, afin de dire à Google de suivre malgré tout les liens qu’elles possèdent. Elles redistribueront ainsi une partie de ce Pagerank qu’elles engouffrent, au pire des cas.

Ainsi, dans tous les cas, si vous avez des pages catégories, vous gagnerez à les supprimer, ou du moins à en supprimer l’accès aux utilisateurs, et donc à Google.

Les conséquences seront toutefois minimes pour votre blog : aucun impact direct.

Pour les supprimer vous pouvez simplement supprimer 100% des liens vers ces dernières, sans vous soucier de les supprimer au sein de WordPress.

Vous pouvez ensuite utiliser un crawler (Xenu par exemple, crawleur gratuit) pour vous assurer qu’aucun lien n’a été oublié. Vous pouvez également désindéxer ces pages par le biais des outils pour webmaster Google (GWT), ou attendre que Google le fasse seul (mieux vaut quand même lui forcer la main pour bien qu’il comprenne).

A souligner que cette déperdition de Pagerank est présente dans toutes les pages en noindex. Dans le cadre d’une optimisation totale, vous pouvez donc vous séparer des autres pages (pages auteurs, pages archives, etc.). Dans le cas contraire, vous acceptez une partie de cette déperdition.

Personnaliser la page d’accueil

La page d’accueil, c’est la page la plus compliquée à optimiser sur un site. C’est compliqué car c’est une page qui se forme en faisant de la curation avec le contenu déjà présent sur le site (c’est-à-dire qui est souvent constituée de contenus déjà présents ailleurs sur le site). Par ailleurs, l’objectif de navigation de la page est un peu contraire à un objectif SEO concurrentiel (et marketing plus généralement).

Dans l’idéal, pour limiter la casse et faire de cette page un réel atout, on pourra publier du contenu fixe et spécifique à cette page.

Sur superbibi.net, il y a tout un paragraphe d’introduction sur la page d’accueil pour présenter le blog, et mettre en avant un contenu spécifique et donc unique.

Le contenu ne sera jamais idéal puisqu’il est pollué par du contenu de navigation, qui plus est dupliqué, comme les articles publiés récemment par exemple qui cassent un peu la densité autour de mon mot clé, et donc me met des bâtons dans les roues pour cibler un mot clé concurrentiel.

Comme je l’ai décrit dans un article (« SEO : peut-on réellement optimiser une homepage ? »), mieux vaut ne pas trop chercher à optimiser cette page d’accueil d’un point de vue SEO. Il faut limiter le contenu dupliqué et publier du contenu spécifique, mais pas chercher à cibler un mot clé trop concurrentiel car une page profonde du site, ou une landing page adaptée sera toujours mieux placée pour bien ressortir, notamment à cause (grâce ?) à la notion de Knowledge Graphe, décrite en étape 1 de ce chapitre.

Vous pouvez toutefois aisément cibler un mot clé longue traîne si cela s’avère pertinent, mais le mot clé principal de votre page d’accueil sera la plupart du temps le nom de votre site et donc du branding.

Il est dans tous les cas important et très bénéfique de limiter la duplication en personnalisant au maximum cette page d’accueil avec du contenu qui lui est propre.

Optimiser la navigation et le maillage interne

Le maillage interne d’un site, c’est les liens qu’on insère et qui redirigent vers des pages internes au site/blog.

Il y a ici plusieurs bonnes pratiques à mettre en place. La première, c’est d’éviter les méga menus. Les mégas menus ce sont les menus composés de trop de liens parlant de sujets divers.

L’exemple le plus parlant, c’est le menu d’Amazon (ou de FNAC.com, par exemple).
Depuis le menu d’Amazon, vous pouvez arriver sur un livre, un CD, des pièces automobiles ou encore des montres et des bijoux. Autant de thématiques qui n’ont rien à voir les unes avec les autres.

C’est plutôt une mauvaise pratique, qu’on déconseille en SEO, mais la puissance d’Amazon fait que ça n’est en rien pénalisant pour lui.

Pour notre site ou blog, c’est un peu la même chose dans une moindre mesure. On veut essayer de contextualiser au maximum les pages pour les mettre en valeur elles, mais aussi et surtout, celles qui se trouvent derrière les liens.

Tous les liens n’ont pas la même valeur et vous valorisez grandement vos liens en les mettant en avant sur les pages qui leur correspondent.

Ainsi, le menu principal d’un blog devrait se limiter à une dizaine de liens généralistes. Dans l’idéal, on aurait une sidebar et/ou un menu spécifique à chaque type de page selon sa thématique, mais ça demanderait de lourdes optimisations. Sans aller jusque là, intégrer une partie de la navigation au sein de liens internes présents dans le contenu, permet de grandement améliorer le positionnement de pages spécifiques.

A titre d’exemple, la page « Outils SEO » (accessible ici) du blog était autrefois en troisième page de Google (avec 0 visibilité donc). En la développant elle et en écrivant des pages complémentaires, puis en intégrant les liens directement au sein du contenu, elle est remontée en quelques jours en première page. Il faudrait soit publier plus du contenu sur le sujet, soit travailler le netlinking de cette page pour viser les top positions, chose que je n’ai pas faite aujourd’hui.

L’autre problème des méga menus, c’est qu’un lien n’est comptabilisé qu’une fois par Google. Si j’effectue 2 liens vers la même page au sein d’une même page, alors le deuxième lien ne sera pas pris en compte par Google. Ainsi, si mon lien est présent dans le haut de mon site, dans mon menu et que j’insère un second lien optimisé cette fois dans mon contenu, Google ne va comptabiliser que le premier qu’il rencontrera, à savoir celui du menu, qui ne sera pas optimisé.

Le méga menu enlève ainsi toute possibilité d’optimiser des liens, ce qui revient à se couper d’une des plus grandes puissances en SEO.

Pour aller plus loin dans l’optimisation de votre maillage interne, n’hésitez pas à tenir un fichier Excel à jour avec une ligne par page de votre blog/site et en face le mot clé qui lui correspond. Il vous suffira ainsi d’ajouter des liens avec votre fichier Excel comme base lorsque cela s’avérera pertinent ou bien de chercher à mettre une page en avant en créant des liens à insérer vers cette dernière dans des articles à publier ou dans des articles déjà publiés en rajoutant des phrases ou paragraphes pour contextualiser ces derniers.

Vous pourrez ainsi intégrer des liens de manière optimisée partout où cela correspondra : parfait pour vos nouvelles pages qui seront plus vivantes et pour les anciennes qui connaitront une seconde jeunesse, ainsi qu’un boost SEO qui fait parfois la différence.

Attention toutefois de ne pas trop en abuser, bien évidemment.

Mettre en place des ancres

Les ancres sont les textes qu’on utilise pour insérer un lien. Mais c’est aussi le fait de faire des liens vers des sous-parties d’une page.

Si ma page est divisée en 3 sous-parties, je peux effectuer des liens internes vers chacune de ces sous-parties, mêmes si elles font parties de la même page.

Si vous avez bien lu l’étape 1 de ce chapitre et la notion de Knowledge Graphe, alors vous savez qu’il est important de développer une page et un mot clé autour de termes sémantiquement proches. Vous pouvez le faire en liant des pages proches entre elles, ou bien en intégrant tout au sein d’une même page, possédant une sorte de sommaire, basé en réalité sur les ancres.

En plus d’améliorer la pertinence d’une page pour un mot clé, ça permet de fluidifier la navigation de la page. Google pourra par ailleurs reprendre ces dernières comme liens de sites, c’est-à-dire les faire figurer dans ses pages de résultats comme des liens annexes, sous votre site.

C’est encore mieux si ces ancres sont balisées avec des données structurées puisque Google comprendra encore plus vite leurs utilités.

Il existe un plugin qui fait très bien cela : Better Anchor Links.

Je vous recommande son utilisation, d’autant plus qu’il est configurable à souhait. Je l’utilise sur le blog superbibi.net à titre d’information pour l’ensemble des pages fixes.

Services de mises à jour WordPress

Dans votre administration WordPress, dans « Réglages > Ecritures » plus spécifiquement, il y a tout en bas, une rubrique « Services de mise à jour ».

Lorsque vous publiez ou mettez à jour un article ou une page dans WordPress, vous pouvez envoyer un ping à des services. Ca signifie que vous informez un site ou un service que vous venez de publier votre article. Naturellement, sans configuration vous ne prévenez personne puisque la liste est vide.

Ces pings s’envoient également de manière automatique comme « Trackback » si vous citez un article qui autorise ces derniers au sein de ses commentaires.

Vous trouverez de nombreuses listes sur Internet pour intégrer des services de mises à jour, dont la plupart des services sont soit obsolètes, soit expirés. Ainsi, je vous recommande d’utiliser des listes (par exemple ici), et de les tester avec le plugin cbnet Ping Optimizer.

Ce dernier teste les services à chaque ping envoyé et vous permet de supprimer les services inutiles, évitant ainsi toute catégorisation de blog en tant que site spammeur, ce qui aurait pour effet de limiter (voire supprimer) l’effet des pings.

Il faut toutefois souligner que l’apport de tels services peut s’avérer relativement limité si cela n’est pas effectué de manière optimisée et qu’un tel service est bien plus développé à l’étranger et notamment aux USA en comparaison de la France.

Optimiser son fichier robots.txt

Le fichier robots.txt c’est la première chose qui va consulter Google ou n’importe quel autre moteur lorsqu’il visitera votre site. C’est le fichier qui indiquera aux moteurs ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas indexer sur votre site.

Il y a un grand débat sur ce qui devrait figurer ici et ce qui ne devrait pas. D’autant plus que pour certains template de pages (catégories, recherche, etc.), ces pages sont déjà en noindex, c’est-à-dire qu’on dit à Google de ne pas y accéder, de la même manière qu’on aurait pu le faire par le biais du fichier robots.txt.

Au final, un site optimisé est censé avoir un fichier robots.txt relativement vide : les pages non qualitatives, sans vocation SEO directe, devraient être supprimées ou retravaillées en conséquence.

Il y a toutefois une ligne qu’il est important de faire figurer, comme le suggère Yoast, un spécialiste du SEO sur WordPress :

User-Agent: *
Disallow: /wp-content/plugins/

Ces deux lignes bloquent l’accès à Google au répertoire des extensions. C’est une bonne chose car de nombreux créateurs d’extensions insèrent un fichier index.php qui peut intégrer des liens vers leurs sites. Ils exploitent ainsi votre site pour créer des liens, contre votre gré.

En insérant ces deux lignes, vous vous protégez de ces pratiques.

Le fichier robots.txt est un fichier texte simple, à placer à la racine de votre site.

Optimiser un WordPress multilingue

Si vous avez un site ou un blog multilingue, vous devez vous soucier des mêmes optimisations que si vous aviez un site ciblant une seule langue.

Pour l’intégration de traduction au sein de votre site WordPress, je vous recommande le plugin WPML (payant) qui fait office de référence sur WordPress.

Ce plugin a de nombreux avantages comme une interface adaptée et facile à utiliser mais également l’intégration de certaines données SEO.

C’est par exemple le cas des balises <link rel= »alternate » hreflang= »fr-FR » href= »# »> qui doivent être intégrées sur chaque page, pour chaque langue ciblée afin d’indiquer à Google l’URL spécifique à chaque pays pour un même contenu.

hreflang

Vous indiquerez de cette manière clairement à Google le pays et la langue cible de chaque page présente sur votre blog, ainsi que leurs équivalents pour les autres pays ciblés. Ces balises permettent par ailleurs d’aider Google à identifier les liens de navigation et les liens de « traduction » qui renvoient vers d’autres langues.

Google décrit les bonnes pratiques d’utilisation de cette bannière sur cette page.

Il faut également, et bien évidemment, traduire l’ensemble des données et des contenus d’une page : le contenu textuel tout d’abord, mais également les données SEO telles que les balises titres et données META par exemple.

Attention, il est vivement recommandé de ne pas utiliser de traducteurs automatiques (type Google Translate) pour plusieurs raisons :

  • La faible qualité des contenus que cela peut engendrer
  • Le principe de TF-IDF officiellement utilisé par Google

Le principe de TF IDF, pour le résumer simplement correspond au fait que chaque mot n’a pas la même valeur au sein d’un texte. Cette valeur est définie en fonction de la récurrence de son utilisation sur d’autres pages/sites Internet.

Principe TF-IDF
source: moz.com

Si j’écris un texte sur le Basket-ball, le mot « basket » va probablement être utilisé dans l’ensemble des textes sur l’ensemble des sites qui traitent du sujet car c’est un mot très commun et en relation directe avec le sujet en question. Le mot « arbitre » au contraire sera un peu moins commun et utilisé par une partie des sites uniquement. Enfin, des mots plus techniques comme « Alley Oop » seront eux bien plus rares au sein des publications.

C’est l’utilisation judicieuse (et naturelle, en théorie) de l’ensemble des termes : communs, moyennement communs et rares, qui feront la qualité d’un contenu aux yeux de Google.

En utilisant un service de traduction automatique comme Google Translate, on se coupe souvent des mots rares puisque l’outils est configuré pour rester le plus simple possible et utiliser des mots couramment utilisés. Quand bien même vous utilisez des tournures travaillées et particulièrement rédigées, l’outil transformera ces dernières en tournures plus simples et plus couramment utilisées.

Ainsi, en utilisant Google Translate vous êtes assurés de limiter grandement la qualité de vos contenus. Vous vous coupez de toute possibilité de ressortir sur des mots clés avec un minimum de concurrence, et surtout vous intégrerez des contenus de qualité relativement faible aux yeux de Google, ce qui nuira à votre site de manière plus globale.

En résumé, pour avoir un site multilingue qui performe il faut :

  1. Télécharger une extension qui gère les traductions comme WPML
  2. Ecrire du contenu spécifique à chaque langue (traduit ou réécrit) manuellement et non en passant par un outil automatique
  3. Intégrer des balises hreflang (intégrées par défaut dans WPML)
  4. Traduire (ou réécrire) également les éléments SEO : balises titres, META description, etc.

Sachez enfin qu’il est possible d’utiliser des plugins SEO avec WPML, comme l’explique l’article publié sur leur site officiel ici.

Optimiser un WordPress avec WooCommerce

Les problématiques d’un site e-commerce sur WordPress, que ce soit avec WooCommerce ou autre, sont relativement similaires à celles d’un site e-commerce classique.

Il faut s’assurer de ne pas créer de contenu dupliqué. Ca peut par exemple être le cas au niveau des produits, en intégrant un produit dans plusieurs catégories, ce qui pourrait créer des URL multiples pour un même contenu si la catégorie est repris dans l’URL d’un produit. Ca peut également être le cas lors de la mise en ligne de produit sans pousser de contenu spécifique par ailleurs. Deux produits différents (avec 2 URL différentes donc) pourraient être perçus par Google comme similaires et donc dupliqués.

Il faut donc développer au maximum, et dans la mesure du possible, le contenu et des textes spécifiques à chaque produit : à la fois pour espérer ressortir sur un mot clé lié, mais également pour apporter de la qualité générale au sein du site, ce qui aura pour effet de valoriser l’ensemble des pages.

Aucune page ne doit être négligée et chacune d’entre elles doit posséder une balise title unique et optimisée. Les balises META description sont plus facultatives mais il est toutefois recommandé de prendre le temps d’en rédiger pour chaque page puisque ces dernières à défaut de jouer un rôle direct dans l’algorithme de Google, auront un effet indirect potentiellement important (amélioration du taux de clic au sein des pages de résultat, réduction du « SERP Bounce »).

A l’instar des META descriptions, le balisage des données permet l’intégration de données visuelles supplémentaires au sein des pages de résultat Google sur vos produits (doc officielle Google).

C’est par exemple le cas du prix d’un produit qui peut s’afficher directement dans les pages de résultat Google ou encore de la disponibilité ou non de ce dernier. Aucun impact direct sur le classement d’un site, mais un effet indirect non négligeable.

balisage

Le plugin Yoast SEO pour WooCommerce (payant, 49 dollars) permet le balisage automatique de ces données, pour l’ensemble de vos produits.

Autre optimisation à apporter au niveau des pages qui possèdent peu d’intérêt SEO : l’intégration d’une balise robots noindex, follow, pour limiter la déperdition de Pagerank. Cela concerne notamment les pages suivantes :

  • La page « Mon compte »
  • La page « Mon panier »
  • La page « Déconnexion »
  • Toutes les pages liées au paiement
  • La liste de souhait
  • etc.

L’intégration d’une balise robots noindex, follow permettra de ne pas indexer ces dernières qui de toute façon n’apporterait aucun trafic, et ainsi de concentrer l’attention de Google sur les pages réellement de qualité, tout en limitant la perte de Pagerank grâce à l’attribut follow de la balise.

En plus de tout cela, il faut dans la mesure du possible se contenter de l’essentiel et limiter l’intégration de liens internes aux pages qui apportent réellement quelque chose aux internautes. Avoir trop de liens impliquerait de la déperdition de Pagerank, ce qui limiterait la performance des pages avec un réel objectif SEO.

Enfin, à l’instar des liens d’articles similaires que l’on intègre au sein d’un blog comme nous l’avons vu lors d’étapes précédentes, vous pouvez de la même manière intégrer des liens vers vos différents produits depuis vos articles lorsque cela s’avère pertinent. Cette intégration peut se générer automatiquement par le biais de l’extension WordPress WP Related Items.

Pagination, vitesse de chargement et propreté du code

En complément de l’ensemble des modifications que vous avez pu apporter jusqu’à présent, il existe des optimisations supplémentaires qu’il est possible de mettre en place.

C’est par exemple le cas au niveau de la pagination de votre blog. Plus votre blog se développera, plus il aura d’articles et plus ces derniers s’entasseront dans les méandres de la pagination.

Pour que Google puisse continuer d’y accéder efficacement, il faut apporter quelques modifications sur la pagination de base de WordPress qui propose de naviguer à travers les pages une par une. Google lorsqu’il visite un site part généralement de la page d’accueil. Il navigue ensuite en suivant les liens qu’il rencontre sans jamais aller à un niveau de profondeur plus élevé que 4 ou 5 pour un site normal. Avec la disposition classiques de la pagination, Google n’ira ainsi jamais très loin et consultera très rarement les articles les plus anciens, qui perdront en valeur à ses yeux et seront déclassés avec le temps.

Je vous recommande ainsi d’utiliser une extension comme WP-PageNavi (ou WP-Paginate par exemple, il en existe plusieurs, toutes gratuites) qui va mettre en place une pagination bien plus consistante et adaptée au SEO.

Au lieu de ne pouvoir accéder qu’à la page 2, Google pourra crawler de nombreuses pages (le nombre exact peut se configurer depuis l’interface admin). Il n’oubliera ainsi pas vos anciens articles qui pourront continuer à performer toujours aussi bien et de manière durable.

Le deuxième critère sur lequel vous pouvez jouer, c’est la rapidité de chargement de votre site ou blog. Google met à votre disposition un outil gratuit qui permettra d’analyser votre site (et d’en tirer une note sur 100 pour la version desktop et la version mobile) et de bénéficier de recommandations automatiques de la part de Google.

Troisième critère, pensez à intégrer des alternatives textuelles à vos images (balise ALT). Ces dernières permettent l’exploitation des images au sein de Google Images et peuvent potentiellement être une source de trafic non négligeable (Google Images est le deuxième moteur le plus utilisé en France). Toutefois, le positionnement de vos images restera en majeure partie influencé par le contenu textuel des pages sur lesquelles elles sont intégrées.

Enfin, si vous en avez la possibilité et que vous avez les connaissances pour, nettoyer le code de WordPress en supprimant les balises dont vous ne vous servez pas permettra d’alléger ce dernier. L’impact sera peut-être mineur, mais une chose est sûre, c’est que ces balises n’apportent rien d’utile, et donc rien de bien aux yeux de Google.

Travailler le netlinking de son blog/site

Le netlinking, c’est le fait d’acquérir des liens auprès de sites tiers. C’est un critère utilisé de manière importante par Google lors du classement des sites dans ses pages de résultat, à hauteur presque égale que le contenu lui même.

Le netlinking a un double effet pour votre blog ou site : il va améliorer les positionnements de votre site sur l’ensemble des mots clés ciblés (en augmentant la confiance que Google peut et accorde à votre site/blog de manière générale, et ciblée si vous travaillez le netlinking d’une page en particulier). Il va également développer votre trafic, à condition qu’il soit effectué dans le respect des internautes, puisque des internautes suivront probablement les liens intelligents que vous allez distiller sur la toile.

Je vous suggère deux méthodes simples pour développer le netlinking de votre blog, de manière efficace et propre (sans craindre de pénalités type Pingouin) :

1. La première méthode consiste simplement à être le plus actif possible sur les blogs et sites qui traitent de votre thématiques : à la fois en commentant des articles mais également au niveau des réseaux sociaux.

Pour cela, le mieux reste de suivre les internautes qui viennent eux-mêmes commenter votre blog. Si votre blog est trop jeune et que vous n’avez pas encore de commentaires, vous pouvez alors vous rendre de votre coté sur les blogs que vous connaissez probablement et qui traitent de votre thématique.

En étant pertinent lors de vos interventions, vous aiguiserez probablement la curiosité de certains lecteurs qui suivront le lien présent sur votre nom et iront naviguer sur votre blog. Avec le temps, vous développerez une notoriété naturelle à travers vos nombreuses interventions diverses.

2. La deuxième méthode consiste à contacter des blogs à thématique similaire, que vous appréciez réellement, afin de mettre en place des échanges de liens. Cette pratique développée depuis de nombreuses années au sein de la blogosphère n’aura de valeur que si votre démarche est sincère.

Prendre les devants et intégrer des liens vers vos sites et blogs favoris avant même de les prévenir peut s’avérer une bonne méthode : vous souhaitez dans tous les cas mettre ces derniers en avant car ils sont pertinents pour vos lecteurs. Ces blogs pourront alors s’ils le souhaitent effectuer un lien retour ou vous citer de temps à autres lorsque cela s’avérera pertinent. N’oubliez pas qu’ils sont particulièrement sollicité et que la patience sera votre meilleure alliée, notamment en usant de relances espacés dans le temps.

4
partages
Partagez avec vos amis...










Submit